Abstract

The same approach in using sea-level curves to refine time-rock correlations between widely separated regions also has an important application in resolving the tangle of dual stratigraphic nomenclature that often develops in neighboring regions divided by political boundaries. A good example is the Lower Silurian of the Michigan Upper Peninsula and Manitoulin Island, Ontario. Four peaks in sea-level fluctuation are recorded in both areas by coeval pentamerid communities stratigraphically intermixed with coral–algal and ostracode–vermiform communities indicative of shallower water conditions. Despite many similarities between the rock units containing these fossil communities, most are identified by different formation names on opposite sides of the U.S.–Canadian border. This study details the eastward thinning of strata across the boundary area. The Cordell dolomite of Michigan is extended to Manitoulin Island, but not the underlying Schoolcraft dolomite, due to the pinching out of beds that define its upper and lower contacts. The Fossil Hill Formation of Manitoulin Island is accordingly reduced but retained even though it contains some of the other subformational units represented in the Schoolcraft. Facies relationships between the Michigan Hendricks dolomite and its correlative Mindemoya and St. Edmund Formations argue for their valid maintenance. The relationship between the Byron and Wingfield Formations is less clear. Probably the Dyer Bay Formation should be extended to Michigan in place of the Lime Island dolomite.

L'approche qui utilise les courbes de niveau de la mer pour raffiner les corrélations chronolithologiques entre des régions très éloignées a aussi une application importante pour résoudre le fouillis de la double nomenclature stratigraphique qui se développe souvent au voisinage de régions séparées par des frontières politiques. Un bon exemple est le Silurien inférieur de la pointe de la péninsule du Michigan et l'île de Manitoulin en Ontario. On enregistre dans chaque région quatre maxima dans la fluctuation des niveaux marins par observation de communautés contemporaines de pentaméridés entremêlées stratigraphiquement avec des communautés de coraux–algues et d'ostracodes–vermiformes qui indiquent des conditions d'eau peu profonde. En dépit des nombreuses ressemblances entre les unités lithologiques qui renferment ces communautés de fossiles, la plupart sont identifiées par des noms de formation différents de part et d'autre de la frontière Canada–Etats–Unis. La présente étude détaille l'amincissement vers l'est des strates à travers la zone de bordure. La dolomie de Cordell dans le Michigan s'étend jusqu'à l'île de Manitoulin mais non pas la dolomie de Schoolcraft sous-jacente à cause du pincement des lits qui définissent ses contacts supérieur et inférieur. La formation de Fossil Hill de l'île de Manitoulin est par conséquent réduite mais retenue même si elle contient certaines des autres unités inférieures à une formation représentées dans le Schoolcraft. Les relations de faciès entre la dolomie de Hendricks dans le Michigan et ses corrélatifs, les formations de Mindemoya et de St. Edmund, militent en faveur de leur maintien valide. Les relations entre les formations de Byron et de Wingfield est moins claire. Probablement qu'on devrait étendre la formation de Dyer Bay jusqu'au Michigan à la place de la dolomie de Lime Island. [Traduit par le journal]