The St-Donat earthquake of February 18, 1978, occurred in a diffuse zone of significant seismicity in western Quebec. A field survey detected two aftershocks (graphic) in a 3 day period following the magnitude mb(Lg) 4.1 main shock. These were followed by a magnitude mb(Lg) 3.4 earthquake on February 23, after the field stations were removed. Main shock and aftershock activity occurred within a small active volume located at 46 °19.2′N, 74°06.6′W, depth 7 km, with an estimated uncertainty of 1 km on all three hypocentral parameters. The main shock seismic moment was calculated to be 0.8 × 1022 dyne∙cm (8 × 1022 μN∙cm).The tremor was felt over an area of 70 000 km2 in western Quebec, eastern Ontario, and northern New York State with a maximum radius of perceptibility of 185 km and a maximum intensity of V in the St-Donat area. A comparison of the isoseismals of this and three other recent earthquakes of magnitude near 4 suggests a variation of maximum intensity inversely with focal depth; a significant area of intensity V is only observed when the focal depth is less than 10 km. There is also an indication of a systematic change in focal depths across the western Quebec zone, from shallow (upper crustal) depths north of Montreal to deeper (midcrustal) depths north of Ottawa.The P-nodal solution indicates almost pure thrust motion on a plane striking N20°W and dipping either 40°NE or 50°SW. The deviatoric compression axis is nearly horizontal, in a west-southwest direction. Similar results from the 1975 Maniwaki, Quebec, earthquake suggest that a uniform stress condition exists throughout western Quebec.

Le tremblement de terre du 18 février 1978 à Saint-Donat s'est produit dans une zone diffuse de sismicité significative dans l'ouest du Québec. Un levé de terrain a détecté deux répliques (graphic) dans la période de 3 jours qui a suivi la secousse principale d'une magnitude mb(Lg) de 4.1. Ces secousses ont été suivies par un tremblement de terre d'une magnitude mb (Lg) de 3.4 le 23 février, après qu'on eût enlevé les stations de terrain. L'activité de la secousse principale et des répliques s'est produite dans un petit volume actif situé à 46°19.2′N, 74°06.6′O à une profondeur de 7 km avec une incertitude évaluée à 1 km pour les trois coordonnées de l'hypocentre. On a calculé que le moment sismique de la secousse principale était de 0.8 × 1022 dyne∙cm (8 × 1022 μN∙cm).La secousse a été ressentie sur une superficie de 70 000 km2 dans l'ouest du Québec, l'est de l'Ontario et le nord de l'état de New-York dans un rayon maximum de perception de 185 km et une intensité maximum de V dans la région de Saint-Donat. La comparaison des courbes isosismiques de ce tremblement de terre et de trois autres tremblements de terre récents de magnitude près de 4 suggère une variation de l'intensité maximum inversement proportionnelle à la profondeur focale; on observe une région significative d'intensité V seulement lorsque la profondeur focale est à moins de 10 km. Il y a aussi une indication d'un changement systématique dans les profondeurs focales à travers la partie ouest du Québec, à partir de faibles profondeurs (partie supérieure de la croûte) au nord de Montréal, jusqu'à des profondeurs plus grandes (partie moyenne de la croûte) au nord d'Ottawa.La solution P-nodale indique que le mouvement se fait presque seulement par chevauchement sur un plan de direction N20°O et de pendage à 40° au NE ou à 50° au SO. L'axe du déviateur de compression est à peu près horizontal dans une direction OSO. Des résultats semblables pour le tremblement de terre de 1975 à Maniwaki, Québec, suggèrent que des conditions de contrainte uniforme existent dans l'ouest du Québec. [Traduit par le journal]