Conformable domes can result from diapirism as well as cross buckling and other types of cross folding. The total-strain pattern of natural structures offers a means of discriminating between diapiric domes and nondiapiric domes. Similarly, one may distinguish between diapiric ridges and other types of antiforms.Immature diapirs in metamorphic terrains and appropriate quantitative models are characterized by crestal zones of horizontal extension. Similar zones occur in the convex-hinge regions of very competent buckles and the adjacent incompetent matrix of fold models. But these model experiments are rarely applicable to natural buckle folds in metamorphic terrains, which typically involve low competency contrasts. Where upright buckle folds can be identified by means of independent evidence, their hinge zones are generally devoid of stratiform foliation and other features due to horizontal extension. An Archean gneiss dome of the northwestern Ontario is subjected to structural analysis, and interpreted as an immature diapir on the basis of widespread subhorizontal foliation about the dome's centre. The strain pattern of the gneiss dome corresponds to that of salt diapirs in New Brunswick.

Des dômes concordants peuvent provenir du diapirisme de même que du flambement entrecroisé et d'autres types de plis entrecroisés. Les figures de déformation totale des structures naturelles fournissent un moyen de distinguer les dômes diapiriques et non diapiriques. De la même façon, on peut distinguer entre les crêtes diapiriques et d'autres types d'antiformes.Les diapirs immatures dans les terrains métamorphiques et des modèles quantitatifs appropriés se caractérisent par des zones de crête en extension horizontale. Des zones semblables se recontrent dans les régions de charnières convexes de flambements très compétents et dans la matrice incompétente adjacente des modèles de plis. Mais ces expériences sur modèles ne s'appliquent que rarement à des plis véritables dans les régions métamorphiques où typiquement les contrastes de compétence sont faibles. Quand on peut identifier des plis véritables en séquences normales en suivant une ligne d'évidence indépendante, on note dans leurs zones de charnières l'absence de foliation stratiforme et d'autres caractéristiques causées par l'extension horizontale. On a soumis un dôme de gneiss de l'Archéen du nord-ouest de l'Ontario à l'analyse structurale et on l'interprète comme un diapir immature en se basant sur la foliation subhorizontale générale autour du centre du dôme. Les figures de déformation du dôme de gneiss correspondent à celles des diapirs de sel du Nouveau-Brunswick. [Traduit par le journal]