Paleomagnetic evidence indicates that the extensive early Mesozoic basalt field near McCarthy, south-central Alaska, originated far south of its present position relative to North America. Results obtained from the Middle and (or) Upper Triassic Nikolai Greenstone suggest that those basalts originated within 15° of the paleoequator. This position is at least 27° (3000 km) south of the Upper Triassic latitude predicted for McCarthy on the basis of paleomagnetic data from continental North America. The Nikolai pole, as determined from 50 flows sampled at 5 sites, is at 2.2° N, 146.1° E (α95 = 4.8°). The polarity of the pole is ambiguous, because the corresponding magnetic direction has a low inclination and a westerly declination. Therefore, the Nikolai may have originated near 15° N latitude or, alternatively, as far south as 15° S latitude. In addition to being displaced northward, the Nikolai block has been rotated roughly 90° about the vertical axis. A measure of the reliability of this pole is provided by favorable results from the following tests: (1) Within one stratigraphic section, normal and reversed directions from consecutive flows are antipolar. (2) Consistent directions were obtained from sites 30 km apart. (3) Application of the fold test indicated the magnetization was acquired before the rocks were folded. (4) The magnetizations of several pilot specimens are thermally stable up to 550 °C. The stable component is probably carried by magnetite with lamellar texture, a primary feature commonly acquired by a basalt at high temperature during initial cooling of the magma. Geologic and paleomagnetic evidence indicates that the Nikolai is allochthonous to Alaska and that, together with associated formations in southern Alaska and British Columbia, it is part of a now disrupted equatorial terrane.

Les données paléomagnétiques indiquent que la vaste zone de basalte datant du début du Mésozoïque près de McCarthy, dans le centre sud de l'Alaska, provient d'une région plus au sud que sa position actuelle par rapport à l'Amérique du Nord. Les résultats obtenus pour les roches vertes de Nikolai à partir du Trias moyen ou supérieur suggèrent que ces basaltes se sont formés en dedans de 15° du paléoéquateur. Cette position est au moins à 27° (3000 km) au sud de la latitude prédite pour le Trias supérieur dans le cas de McCarthy en se basant sur les données paléomagnétiques pour le continent nord-américain. Le pôle du Nikolai, déterminé sur 50 coulées échantillonnées à 5 sites est à 2.2° N, 146.1° E (α95 = 4.8°). La polarité du pôle est ambiguë parce que la direction magnétique correspond à une faible inclinaison et une déclinaison à l'ouest. Donc, le Nicolai peut avoir eu son origine près de 15° N de latitude ou, alternativement, aussi au sud que 15° S de latitude. En plus de s'être déplacé vers le nord, le bloc de Nikolai a subi une rotation d'environ 90° autour d'un axe vertical. Une mesure de la fiabilité de ce pôle est fournie par les résultats favorables obtenus des tests suivants : (1) Dans une coupe stratigraphique, les directions normales et inverses pour des coulées consécutives sont antipolaires. (2) On a obtenu des directions compatibles à des sites situés à 30 km l'un de l'autre. (3) L'application du test de plissement indique que l'aimantation a été acquise avant que les roches ne soient plissées. (4) Les aimantations de plusieurs spécimens pilotes sont stables thermiquement jusqu'à 550 °C. La composante stable est probablement portée par la magnétite avec une texture lamellaire, texture primaire communément acquise par un basalte à haute température durant le refroidissement initial du magma. Les observations géologiques et paléomagnétiques indiquent que le Nikolai est allochthone à l'Alaska et que l'ensemble formé avec les roches adjacentes du sud de l'Alaska et de la Colombie-Britannique fait partie d'une région équatoriale maintenant disloquée. [Traduit par le journal]