Abstract

St. Margaret's Bay is one of the bays of the Atlantic coast of Nova Scotia, which owes its present form to flooding as sea level rose following deglaciation. It has a central, rather flat, deep basin, separated from the shelf by a sill. Two metres or so below the central basin floor lies a prominent acoustic reflector, not due to lithological changes within the sediment. We suggest that this is caused by gas, in part at least methane. Methane content increases with depth in sediment cores, and could be present in gaseous form (not just dissolved). There is a concomitant decrease in organic carbon with depth, and it appears that a part of this carbon is responsible for the generation of methane under reducing conditions below 2 m or so. The source of the organic carbon could be kelp, produced in abundance in the Bay, which has a very high primary productivity.

La baie de 'St-Margaret' est une des baies de la côte atlantique de la Nouvelle-Ecosse dont la forme actuelle est due à l'élévation du niveau de la mer subséquente à la déglaciation. Son bassin profond et plutôt plat est séparé de la plateforme par un seuil. A environ 2 m en dessous du fond du bassin central, il y a un important réflecteur acoustique qui n'est pas causé par un changement lithologique du sédiment. Nous croyons qu'il est causé par un gaz dont au moins une partie est le méthane. La proportion de méthane augmente avec la profondeur dans les carottes de sédiments, et pourrait y exister sous forme gazeuse (non pas en solution). Il y a une diminution graduelle de carbone organique avec la profondeur et il semble qu'une partie de ce carbone soit responsable de la formation de méthane dans des conditions réductrices à partir des environs de 2 m. L'origine du carbone organique pourrait être le varech, dont la production est abondante dans la baie et dont la productivité primarire est très élevée. [Traduit par le journal]