Abstract

A new approach to the dating of uranium minerals using the spontaneous fission of uranium is proposed. The method involves thermal neutron irradiation of samples followed by mass spectrometric analysis of the xenon fractions released from them during stepwise heating. The potential advantages of the technique are the following: no separate explicit measurement of uranium is required, the error in age measurement due to inhomogeneous uranium distribution in samples is eliminated, and any diffusive loss of spontaneous fission xenon from less retentive sites is allowed for.

Une nouvelle approche est proposée pour la datation des minéraux uranifères par l'utilisation de la fission spontannée de l'uranium. La méthode implique d'abord l'irradiation neutronique thermique des échantillions, suivie de l'analyse au spectromètre de masse des fractions de Xénon qui s'en échappent durant le chauffage par étapes, les avantages possibles de cette technique sont les suivants : aucune mesure explicite et séparée de l'uranium n'est requise, l'erreur dans la mesure de l'âge due à une distribution non-homogène de l'uranium dans les échantillons est éliminée, et compte est tenu de toute perte par diffusion de xénon généré par fission spontannée dans les sites moins "rétentifs". [Traduit par le journal]