Abstract

A paleomagnetic study was done on 28 diabase and 6 lamprophyre dikes from the vicinity of Kaminak Lake in the District of Keewatin. These dikes are Proterozoic and cut across an area of Archean rocks. Their metamorphic grade within this region varies from nil to amphibolite facies. Two stable magnetization directions were obtained from the diabase on AF demagnetization; one from 3 unmetamorphosed diabase dikes of D = 205°, I = 3°, α95 = 24°, with a corresponding pole position at 23.8 °S, 122.3 °W, α95 = 16.5°; the other from the metamorphosed diabase of D = 176°,I = 65°, α95 = 4°, with pole position at 20.4 °N, 92.1 °W, = 6.1°. The first is believed to be thermoremanent and approximately 2300 Ma old, while the second is a metamorphic direction of approximately 1800 Ma. The six lamprophyres give a stable remanence of D = 174°, I = 78°, α9S = 10°, with a pole position at 40.9 °N, 92.8 °W, α95 = 17°, essentially the same as the metamorphosed diabase.A number of samples were also thermally demagnetized. Most of the results obtained were the same as those obtained from the AF treatment. However, one diabase site gave a direction similar to that obtained from the 3 unaltered dikes, and one of the lamprophyres showed a reversal.The pole position of the altered Kaminak diabase relative to that for the unconformably overlying Dubawnt Group suggests that the polar wandering curve for this part of the Aphebian may be more complex than previously thought. It is quite probable that the earlier Aphebian pole positions (Matachewan, Nipissing), as usually plotted, are actually antipodal points in terms of the polar wandering curve.

Une étude paléomagnétique fut poursuivie sur des dykes de diabase (28) et de lamprophyre (6) dans la région du Lac Kaminak dans le District de Keewatin. Ces dykes protérozoiques traversent des roches archéennes. Leur degré de métamorphisme dans cette région varie de nul à faciès d'amphibolites. Deux directions stables de magnétisation ont été obtenues des diabases par la méthode de démagnétisation S.F.; une des directions provient de 3 dykes non métamorphisés de D = 205°, I = 3°, α95 = 24°avec la position du pôle correspondant à 23.8 °S, 122.3 °W, α95 = 16.5 °l'autre direction provient des diabases métamorphisés de D = 176°, I = 65°, α95 = 4 °avec la position du pôle à 20.4 °N, 92.1 °W, α95 = 6.1°. On croit que la première magnétisation est de type thermorémante et date de 2.300 Ma, la seconde est une direction magnétique datant d'environ 1.800 Ma. Les six lamprophyres donnent une rémanence stable de D = 174°, I = 78°, α95 = 10° avec la position du pôle à 40.9 °N, 92.8 °W, α95 = 17 °essentiellement la même que celle des diabases métamorphisés.Un certain nombre d'échantillons avaient subi une démagnétisation thermique. La plupart des résultats obtenus étaient les mêmes que ceux de la méthode AF. Cependant, l'un des diabases donnait une direction semblable à celle obtenue pour les trois diabases non altérés et un des lamprophyres montrait un magnétisme inverse.Les données paléomagnétiques favorisent l'hypothèse de l'intrusion des lamprophyres pendant l'étape tardive de l'orogénie Hudsonienne (thermique) dans cette région.La position du pôle du diabase altéré de Kaminak, par rapport au pôle du Groupe de Dubawnt sus-jacent et discordant, suggère que la courbe de migration du pôle pour cette partie de l'Aphébien pourrait être plus complexe qu'on ne le croyait jusqu'à présent. Il est probable que les positions du pôle à l'Aphébien (Matachewan, Nipissing) telles qu'elles étaient tracées auparavant sont en fait des points antipodaux par rapport à la courbe de migration des pôles. [Traduit par le journal]