Abstract

L’or est un métal chimiquement peu mobile pouvant se concentrer dans les matériaux de surface, soit par accumulation relative dans les sites éluviaux, soit par accumulation absolue dans les placers alluviaux. Ces matériaux de surface peuvent être exploités traditionnellement par les orpailleurs ou par voie industrielle. C’est dire toute l’importance d’une bonne connaissance du cycle supergène de l’or pour l’élaboration de critère de prospection et l’amélioration des techniques de récupération. Le site de la présente étude, situé au Nord du Burkina Faso (Afrique de l’Ouest) est un gîte d’or alluvial, où nous avons effectué des études morphopédologique, minéralogique et géochimique. Ces investigations montrent que deux principales dynamiques sédimentaires ont généré le gîte : (i) une dynamique ancienne tracée par l’or grossier, les zircons grossiers, le quartz et les nodules ferrugineux centimétriques, (ii) une dynamique actuelle à subactuelle tracée par des sédiments plus fins argilo-sableux et sablo-argileux pauvres en or. Les marques de l’évolution morphodynamique du paysage affectent diversement les grains d’or, dont les études morphoscopique et chimique indiquent que ces particules, issues de plusieurs sources parentales, ont subi des cycles d’altération et de transport mécanique importants tendant à leur homogénéisation tant du point de vue morphologique que chimique.

Abstract

Gold is a rather chemically immobile metal that can become concentrated in surface materials, either by relative accumulation in eluvial settings or by absolute accumulation in alluvial placers. These surface materials could be mined in a traditional way by gold washers or in an industrial manner. It is, therefore, important to be aware of the gold supergene cycle to determine the prospecting criteria and to improve the recovery techniques. The present study site, located in northern Burkina Faso (West Africa), is an alluvial gold deposit where we carried out morphopedological, mineralogical, and geochemical studies. The research work shows that the site is the result of two significant sedimentary dynamics: (i) an older dynamic that can be traced by coarse gold, coarse zircons, quartz, and centimetre-size ferruginous nodules; (ii) a current to sub-current dynamic that can be traced by finer clay–sand and sand–clay sediments with a low gold content. The indicators of the morphodynamic evolution of the landscape affect the gold grains in diverse ways; indeed, morphoscopic and chemical studies indicate that these particles, from several parent sources, have undergone important alteration and mechanical transport cycles that would lead to their morphologic and chemical homogeneity

You do not currently have access to this article.