Abstract

Cette étude documente et analyse un glissement de terrain meurtrier survenu en octobre 1870 le long d’une pente argileuse de la rivière Champlain à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, au Québec. Une recherche effectuée à partir des journaux de l’époque et du rapport du coroner a permis de déterminer le moment d’origine probable, le nombre de victimes et leurs noms ainsi que les circonstances entourant leur mort. Le glissement de terrain est survenu le 25 octobre 1870 tuant trois personnes sur le coup et blessant mortellement une quatrième. Grâce à des recoupements de renseignements avec le cadastre local, on a déterminé que le glissement de terrain est survenu dans le rang des Lahaie à Sainte-Geneviève-de-Batiscan. Plusieurs facteurs auraient pu favoriser le déclenchement du glissement de terrain: les vibrations causées par le séisme de Charlevoix de magnitude 6 1/2 du 20 octobre 1870 ou par ses répliques, les précipitations, l’érosion de la berge ou la présence locale de sources de gaz naturel. Des résultats de sondages géotechniques récents permettent d’établir que le glissement de terrain s’est produit dans des séquences d’argile homogènes, donc non liquéfiables par des vibrations sismiques. On en déduit que l’infiltration automnale plus importante à cette période de l’année, conjuguée à l’érosion incessante du pied de la berge, a pu favoriser le déclenchement de cet événement. Les propriétés géotechniques de l’argile, la morphologie de la cicatrice et la description d’un témoin suggèrent que l’événement était une coulée argileuse typique, comme plusieurs autres reconnues le long de la rivière Champlain.

You do not currently have access to this article.