Abstract

Le terrane de Slide Mountain est constitué de roches sédimentaires siliceuses et détritiques d’âge dévonien à permien dans lesquelles sont intercalés des basaltes et des dolérites. L’ensemble est recoupé par des sills de cumulats ultrabasiques. Ce terrane est classiquement considéré comme le témoin de l’ancien bassin marginal ouvert à l’arrière de l’arc paléozoïque de Quesnellie. Cependant, les roches basiques de Slide Mountain qui affleurent au centre de la Colombie Britannique ne présentent aucun caractère de basalte arrière-arc (BABB); elles s’apparentent plutôt à des basaltes de plancher océanique (MORB) ou d’îles océaniques (OIB). En effet, parmi les basaltes échantillonnés et analysés, certains basaltes de plancher océanique de type N (N-MORB) sont appauvris en terres rares légères, leurs rapports La/Nb sont compris entre 1 et 2, et leurs compositions isotopiques du Nd et du Pb indiquent qu’ils dérivent d’une source appauvrie. D’autres basaltes intra-plaques diffèrent des MORB par des spectres enrichis en terres rares légères, des teneurs plus élevées en TiO2, Nb, Ta et Th, des εNd plus bas et corrélativement des rapports isotopiques du Pb plus élevés. Les compositions isotopiques des cumulats ultrabasiques sont comparables à ceux des basaltes de type MORB. Les corrélations entre l’εNd et les éléments incompatibles suggèrent que certaines laves de Slide Mountain dérivent du mélange des magmas issus de deux sources mantelliques: l’une appauvrie, de type N-MORB, l’autre enrichie de type OIB. Ceci évoque une genèse en contexte géodynamique de point chaud, actif près d’une dorsale dans le paléo-océan de Slide Mountain. Cet impact de point chaud est corrélé avec l’importante activité des panaches mantellaires enregistrée au Permien, notamment en Sibérie.

You do not currently have access to this article.