Abstract

Le strato-volcan d’âge miocène tardif – pliocène précoce du Siroua comprend essentiellement des roches hyperalcalines de caractère particulier. Il se trouve entre les chaînes du Haut Atlas et de l’Anti-Atlas, dans un contexte de collision avec subduction continentale vers le nord de la plaque Afrique sous la Meseta Marocaine. Les analyses de terrain, d’images SPOT, Landsat-MSS et du MNT (modèle numérique de terrain) ont permis de cartographier les failles, diaclases et appareils volcaniques. Les formes allongées et les groupements des venues volcaniques ainsi que leurs relations avec les failles montrent que les montées de magma se sont produites à la faveur d’ouvertures tectoniques d’échelle crustale, essentiellement des fentes de tension, des « tail-cracks » et des failles ouvertes. Ces fractures, avec d’autres non volcaniques de même direction et qui ont évolué en fossés étroits allongés NNE, caractérisent la déformation en allongement–raccourcissement de la transformante d’Azdem. Celle-ci est une zone de failles actives, orientée NNE, sub-parallèlement à la direction de convergence, reliant deux segments de l’Accident Sud-Atlasique à la frontière entre la plaque Afrique et la Meseta Marocaine. Le volcanisme aurait son origine dans le manteau lithosphérique, mais du matériel asthénosphérique avait préalablement migré vers le haut le long de la zone de suture panafricaine. Ce magma mixte a pu finalement accéder à la surface grâce à la mise en place des fractures ouvertes qui a précédé le jeu des failles. La conjonction d’une suture panafricaine et d’une zone de fractures ouvertes accompagnant une transformante locale située dans la zone de collision serait donc responsable du volcanisme du Siroua.

You do not currently have access to this article.