Abstract

De nombreux logiciels permettent la modélisation efficace du comportement hydrodynamique des aquifères dans les milieux continus. Pour étudier les transferts de pression dans les milieux discontinus comme les karsts, les modèles de type boite-noire s’avèrent trop restrictifs et les modèles à réseaux de conduits discrets sont inadaptés à l’échelle des réservoirs. Nous montrons que l’utilisation d’un modèle pour milieux continus peut fournir des résultats intéressants, même dans le cas de systèmes complexes, mais requiert une adaptation particulière aux spécificités du karst. Le problème est abordé par l’étude d’un système hydrogéologique situé dans le Languedoc méditerranéen: le bassin de St-Chaptes. Ce système comprend trois aquifères superposés inclus dans quatre séries stratigraphiques différentes. Le principal aquifère est un karst qui est également en contact latéral avec deux autres karsts qui appartiennent à des systèmes hydrogéologiques différents. En considérant des données d’ordre géologique en plus des données hydrologiques et en faisant l’hypothèse d’une homogénéisation relative du comportement hydraulique du karst à grande échelle spatiale pour des pas de temps journaliers à mensuels, le modèle qui prend en compte les relations avec les autres aquifères permet (i) une première identification des principales hétérogénéités du réservoir; (ii) la localisation de barrières et de secteurs peu perméables qui isolent certaines parties de l’aquifère; (iii) la mise en évidence d’un comportement singulier des niveaux piézométriques dans les parties captives de l’aquifère; (iv) la caractérisation des échanges avec les autres aquifères qui sont limités en volume mais présents.

You do not currently have access to this article.