Abstract

Une production de limon est mise en évidence par une étude sédimentologique des terrasses de cryoplanation dans les monts Richardson. Des analyses géochimiques, granulométriques et pétrographiques ont été effectuées dans le grès jurassique du groupe Bug Creek. Les résultats montrent que dans la roche non altérée les grains de quartz sont étroitement retenus par un ciment siliceux. Dans la roche altérée et très altérée, la porosité intergranulaire augmente et les grains deviennent de plus en plus fissurés. Il en résulte que lorsque les grains sont libérés de la roche-mère, ils donnent surtout des sédiments de la taille des limons et en moindre abondance des sables et des argiles. Ce matériel recouvre le replat des terrasses de cryoplanation et constitue une source potentielle de lœss pendant les périodes glaciaires. L’analyse des eaux de ruissellement montre que leur PCO2 est 100 fois plus élevée que dans l’atmosphère et qu’elles sont sous-saturées en silice amorphe, indiquant ainsi un taux de minéralisation chimique très bas. Toutefois, la météorisation du grès est probablement accélérée par l’action chimique de l’eau, car en s’attaquant au ciment formant les surcroissances diagénétique des grains de quartz, celle-ci en facilite leur libération.

You do not currently have access to this article.