Abstract

L’étude palynologique du sommet de la Formation de Don, dans la région de Toronto, confirme le changement progressif d’une forêt mixte avec de nombreux arbres thermophiles (Quercus, Ulmus, Carya), en sapinière boréale froide (Abies balsamea, Picea mariana, Pinus banksiana), durant la fin de l’optimum climatique du Sangamonien. La Formation de Scarborough correspond à un environnement de forêt–galerie ou de toundra arborée subarctique. Les analyses macrofossiles y indiquent un milieu rigoureux. La température annuelle moyenne pouvait alors être de 10ºC moindre qu’actuellement, dans la région de Toronto. Nos données réfutent l’existence d’un cycle climatique (froid – plus chaud – froid) au sein de la Formation de Scarborough. Pour expliquer la présence simultanée d’éléments floristiques occupant aujourd’hui des régions au climat contrasté (boréal froid, tempéré chaud), nous proposons que le Lac de Scarborough ait agi comme tampon thermique vis-à-vis de la végétation des rives: des plantes thermophiles s’y sont maintenues en contexte d’englaciation distale. Le sommet de la Formation de Don marque la fin de l’optimum climatique du Sangamonien (fin du sous-stade isotopique 5e). Succédant à une lacune de sédimentation de durée inconnue, la Formation de Scarborough est apparemment en corrélation avec le till de Lévrard dans la vallée moyenne du Saint-Laurent (stade isotopique 5b).

You do not currently have access to this article.