Abstract

A small body of Permian high-P Li–F microgranite accompanied by medium-grained leucogranite occurs in the western Gemeric unit of the Western Carpathians; it occurs amongst other F–B-bearing specialized S-type granite massifs. Besides phenocrystic topaz and zinnwaldite, the microgranite matrix contains a characteristic assemblage of rare aluminophosphates (arrojadite, lacroixite, viitaniemiite), goyazite and gorceixite, along with late apatite. The assemblage is unusual in granitic rocks; it formed as a result of a buildup of P in the residual melt (matrix) during crystallization of mostly quartz and alkali feldspars. Topaz and lacroixite or viitaniemiite were stable instead of albite and apatite. In the absence of biotite, the increasing Fe and Mn stabilized arrojadite. Both types of granite were reworked during the Cretaceous Alpine burial, which probably resulted in the influx of Sr and Ba in low-temperature fluids. Topaz – muscovite and feldspar thermometers indicate that the temperature of fluids was below 300°C, when goyazite, gorceixite and clay overgrew earlier apatite and arrojadite. The phosphate assemblage observed in the microgranite is stable at CaO/P2O5 less than 1 and Li2O/F less than 0.21. At higher values characteristic of other Li–F–P granite occurrences, apatite, amblygonite and lepidolite take the place of aluminophosphates and zinnwaldite.

Abstract

Nous décrivons la minéralogie d’un petit pluton de microgranite enrichi en P, Li et F d’âge permien, associé à un leucogranite à grains moyens dans la partie occidentale de l’unité Gemeric des Carpates occidentales, en République Slovaque, et à d’autres petits massifs de granite de type S géochimiquement spécialisés et enrichis en F et B. A part du topaze phénocristique et de la zinnwaldite, la matrice du microgranite contient un assemblage caractéristique d’aluminophosphates rares (arrojadite, lacroixite, viitaniemiite), goyazite et gorceixite, ainsi qu’une apatite tardive. L’assemblage est inhabituel pour une roche granitique; il s’est formé à cause d’un enrichissement de P dans le magma résiduel (la matrice) au cours de la cristallisation, surtout de quartz et des feldspaths alcalins. La topaze et la lacroixite ou la viitaniemiite étaient stables au lieu de l’albite et l’apatite. En l’absence de biotite, l’augmentation de Fe et Mn a stabilisé l’arrojadite. Les deux sortes de granite ont été remaniées lors de l’enfouissement Alpin au crétacé, ce qui aurait provoqué une introduction de Sr et Ba dans des fluides de faible température. Les géothermomètres fondés sur l’équilibre topaze – muscovite et sur les feldspaths indiquent une température des fluides inférieure à 300°C, au stade où la goyazite, la gorceixite et des argiles ont cristallisé sur l’apatite et l’arrojadite. L’assemblage des phosphates observé dans le microgranite était stable à CaO/P2O5 inférieur à 1 et à Li2O/F inférieur à 0.21. Aux valeurs plus élevées de ces paramètres, caractéristiques des autres exemples de granites riches en Li–F–P, l’apatite, l’amblygonite et la lépidolite prennent la place des aluminophosphates et de la zinnwaldite.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.