Abstract

The compositions, textures, associated rocks and tectonic environments of anorthosites allow categorization into six different types, some of which show distinct age-restrictions in terrestrial and planetary history. Primordial, Archean and Proterozoic anorthosites are distinctly different and are restricted in time and space. Those of layered mafic intrusions and ophiolites show no apparent time-restrictions. Primordial anorthosites form the bulk of the lunar crust and possibly that of Mercury, and probably formed in response to planetary accretion. No surviving crust of this nature has yet been found on Earth. Calcic (>An80) megacrystic anorthosites are restricted entirely to the Archean, where they are associated with mafic volcanic rocks of greenstone belts, and may have formed by accumulation of An-rich plagioclase from mafic to ultramafic magmas; high H2O content of parental melts may explain the calcic compositions, and the temporality might be linked to that of komatiitic magmatism. Massif-type anorthosite is the most abundant of terrestrial types, and occurs as small plutons to huge composite batholiths that are almost entirely restricted to the Proterozoic, although the vast majority were emplaced between ~1000 and ~1800 Ma. Compositions (An50±10), textures (lathy plagioclase) and settings (emplaced into continental rather than oceanic crust) effectively distinguish Proterozoic from Archean anorthosites. Their time restriction may be related to unique Proterozoic supercontinental configurations. Incomplete preservation or insufficient depth of erosion are unlikely explanations for the temporality of Archean and Proterozoic anorthosite types, and some degree of non-unformitarianism is therefore implied.

Abstract

Les critères compositionnels et texturaux, les roches associées et les contextes tectoniques des anorthosites permettent de les subdiviser en six types différents, dont certains font preuve de restrictions dans leurs âges au cours de l’histoire de la Terre et des planètes. Les anorthosites de croûtes primordiales, les anorthosites archéennes et celles typiques du Protérozoïque sont distinctes et sont limitées dans le temps et l’espace. Les anorthosites des complexes stratiformes mafiques et des ophiolites ne montrent aucune restriction apparente dans le temps. L’anorthosite forme la majeure partie de la croûte primordiale de la Lune et possiblement aussi de Mercure, et se serait formée en réponse à l’accrétion planétaire. Aucune croûte de ce type n’a encore été découverte sur Terre. Les anorthosites à mégacristaux calciques (>An80) sont caractéristiques uniquement de l’Archéen, en association avec les suites volcaniques mafiques des ceintures de roches vertes, et pourraient bien s’être formées par accumulation du plagioclase riche en Ca à partir de magmas mafiques à ultramafiques. Les teneurs élevées en H2O de tels magmas pourraient expliquer les compositions fortement calciques, et la restriction dans le temps pourrait témoigner d’un lien avec un magmatisme komatiitique. Les anorthosites de type “massif” sont les plus abondantes sur Terre, et se présentent en plutons assez petits jusqu’à des batholites énormes composites presqu’uniquement d’âge protérozoïque, quoique la majorité ont été mis en place entre ~1000 et ~1800 Ma. Leurs compositions (An50±10), textures (plagioclase en plaquettes) et contexte (mise en place dans un milieu continental plutôt qu’océanique) les distinguent clairement des anorthosites archéennes. Leur restriction dans le temps pourrait témoigner d’une configuration unique de supercontinents au Protérozoïque. Une conservation incomplète ou un niveau d’érosion insuffisant n’expliquerait pas la restriction dans le temps des anorthosites de type archéen ou protérozoïque, de sorte qu’un certain écart au principe d’actualisme semble indiqué.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.