Chanceux, ces étudiants Anglos en minéralogie! Dans leur langue, ils ont de nombreux ouvrages, dont au moins une demi-douzaine qui traitent de la minéralogie optique ou des minéraux des roches qui sont déjà tombés sous la plume de votre critique sur les pages du Canadian Mineralogist (voir v. 33, p. 700 et p. 1154, v. 36, p. 233, v. 38, p. 775, v. 40, p. 994, v. 45, p. 1325…). Les Francos, au Canada principalement les Québécois, ont moins de chance à cause de la pénurie d’oeuvres modernes convenables pour l’enseignement de ces sujets au niveau du premier cycle universitaire....

First Page Preview

First page PDF preview
You do not currently have access to this article.