Abstract

The crystal structure of proudite was redetermined with the holotype material from Tennant Creek, Australia, using a Nonius single-crystal diffractometer and MoKα radiation. Our determination of the structure, based on 3388 observed reflections, yielded an R1 value of 8.2% for 306 parameters. Proudite is monoclinic, a 31.814(1), b 4.1002(2), c 36.560(1), β 109.266(1)° and space group C2/m. Results of new electron-microprobe analyses give its composition as Cu1.9Ag0.1Pb15.6Bi20.4Sb0.1S32.4Se14.5. We report analytical data for associated phases and for Se-free proudite from Felbertal, Austria, as well. The crystal structure contains 18 large cation sites (Pb, Bi, and mixed positions), a single Cu site, and 24 anion sites, nearly all of them being mixed Se,S sites. It consists of regularly sheared double-layers of octahedra that alternate with stepwise sheared (100)PbS layers, two cation–anion sheets thick. Each straight portion of the former layers is 10 octahedra wide, whereas each straight interval of the PbS-like layers is eight square coordination pyramids (Pb, Bi) wide. Proudite is the highest known member of a homologous series of Pb–Bi– Cu sulfosalts with a mixed character, combining accretion of polyhedra and variable-fit of two layer-type fragments. This series contains proudite, felbertalite, makovickyite and a hypothetical intermediate member not yet known as a pure member, only as a combination with a “makovickyite-like element” in a synthetic selenide. This series is here defined as the proudite–felbertalite homologous series.

Abstract

Nous avons redéterminé la structure cristalline de la proudite de l’échantillon holotype provenant de Tennant Creek, en Australie, en utilisant un diffractomètre Nonius pour monocristaux et un rayonnement Mo. Notre détermination de la structure, fondée sur 3388 réflexions observées, a donné une valeur de R1 de 8.2% pour 306 paramètres. La proudite est monoclinique, a 31.814(1), b 4.1002(2), c 36.560(1), β 109.266(1)°, groupe spatial C2/m. Les résultats d’analyses obtenues avec une microsonde électronique ont donné la composition Cu1.9Ag0.1Pb15.6Bi20.4Sb0.1S32.4Se14.5. Nous décrivons aussi la composition des phases associées et d’un échantillon de proudite dépourvue de Se provenant de Felbertal, en Autriche. La structure contient 18 sites adaptés à de gros cations (Pb, Bi, et positions mixtes), un site unique occupé par le Cu, et 24 sites pour anions, presque entièrement à populations mixtes (Se, S). Elle est faite de couches doubles d’octaèdres cisaillés avec régularité qui alternent avec des couches de (100)PbS cisaillées par paliers, d’une épaisseur de deux feuillets cation–anion. Chaque portion rectiligne de ces couches a une largeur de dix octaèdres, tandis que les intervalles rectilignes des couches de type PbS ont une largeur de huit polyèdres pyramidaux à coordinence carrée contenant (Pb, Bi). La proudite est le membre le plus élevé que l’on connaisse d’une série d’homologues de sulfosels de Pb–Bi–Cu à caractère mixte, fondée sur l’accrétion de polyèdres et l’ajustement dimensionnel de deux fragments en feuillets. La série contient proudite, felbertalite, makovickyite et un membre intermédiaire hypothétique, non encore connu à son état pur, mais seulement en combinaison avec un “élément de type makovickyite” dans un séléniure synthétique. On définit ici cette série, appelée la série d’homologues proudite–felbertalite.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.