Abstract

The Cap de Creus LCT granitic pegmatites, in Catalonia, northeastern Spain, belong to the beryl – columbite and beryl – columbite – phosphate subtypes and to the albite type. Fluid inclusions have been studied in all these types of pegmatite to determine the nature of the fluids involved in their formation. Beryl – columbite pegmatites are zoned; border, wall, intermediate zones and a quartz core and albite-dominant replacement bodies are distinguished. Beryl – columbite – phosphate pegmatites, in addition, feature veins of albite and quartz–muscovite. In the albite pegmatites, phosphate and albite–chlorite veins also occur. Five types of fluid inclusions have been identified: hypersaline aqueous–carbonic fluid inclusions (type A), low-salinity aqueous– carbonic inclusions (type B), carbonic inclusions (type C), multiphase aqueous fluid inclusions (type D), and late multiphase aqueous–carbonic fluid inclusions (type E). In the early stages of crystallization, a hypersaline fluid exsolved from the melt. It is CO2-rich, 41–46 wt.% NaCl eq., in beryl – columbite – phosphate pegmatites, and the aqueous fluid contains 23–38 wt.% NaCl eq. in albite pegmatites. A second immiscibility process occurred in the last stages of the crystallization of the intermediate zones; the fluid unmixed into two fluids: one CO2-rich, salt-poor (3–5% NaCl eq.) and the other hypersaline (up to 35% NaCl eq.) and CO2-poor. The CO2-rich fluid is related to the formation of the quartz core, and the second fluid formed albite veins and circulated throughout the pegmatite, owing to the development of a network of fractures, which produced a Na-metasomatic alteration of the previously formed units. These processes took place at 415–450°C and 2.2–2.7 kbar. Later, quartz–muscovite veins developed at 2.4 kbar and 400°C. The fluid that formed these veins (36–39 wt.% NaCl eq.) produced a K-rich alteration that affected the previously formed pegmatite units. In addition, in albite pegmatites, late albite–chlorite veins formed at pressures lower than 700 bars and more than 340°C.

Abstract

Les pegmatites granitiques de type LCT de Cap de Creus, en Catalogne, nordest de l’Espagne, sont des unités à béryl – columbite, à béryl – columbite – phosphate, ou bien à albite. Nous avons étudié les inclusions fluides dans toutes ces faciès afin de déterminer la nature des fluides impliqués dans leur formation. Les pegmatites à béryl – columbite sont zonées; nous distinguons une bordure, la zone de la paroi, les zones intermédiaires et un noyau de quartz, ainsi que des assemblages à dominance d’albite dus au remplacement. Les pegmatites à béryl – columbite – phosphate, en plus, contiennent des veines d’albite et à quartz–muscovite. Dans les pegmatites à albite, on trouve en plus des veines à phosphates et à albite + chlorite. Nous distinguons cinq types d’inclusions fluides: inclusions hypersalines avec fluide aqueux et carbonaté (type A), inclusions de faible salinité avec fluide aqueux et carbonaté (type B), inclusions carboniques (type C), inclusions aqueuses multiphasées (type D), et inclusions tardives avec fluide aqueux et carbonaté (type E). Lors des stades initiaux de la cristallisation, un fluide hypersalin s’est exsolvé du magma. Il est riche en CO2, avec 41–46% NaCl eq., en poids, dans les pegmatites à béryl – columbite – phosphate, et le fluide aqueux contient 23–38% NaCl eq. dans les pegmatites à albite. Un second processus d’immiscibilité s’est produit aux stades tardifs de la cristallisation des zones intermédiaires; le fluide s’est démixé en deux fluides, un riche en CO2 et à faible teneur en sel (3–5% NaCl eq.), et l’autre, hypersalin (jusqu’à 35% NaCl eq.) et à faible teneur en CO2. Le fluide riche en CO2 était impliqué dans la formation du noyau, et le second fluide a formé des veines d’albite et a circulé partout au sein des pegmatites, grâce à un réseau de fractures, ce qui a provoqué des réactions de mtasomatose sodique des unités déjà cristallisées. Ces processus ont eu lieu à 415–450°C et 2.2–2.7 kbar. Plus tard, des veines à quartz + muscovite se sont développées à 2.4 kbar et 400°C. La phase fluide qui a formé ces veines (36–39% NaCl eq.) a produit une altération potassique affectant toutes les unités précédentes. De plus, dans les pegmatites à albite, les veines tardives à albite + chlorite se sont formées à une pression inférieure à 700 bars et à plus de 340°C.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.