Abstract

The crystal structures of eight sodic–calcic and sodic amphiboles from the Kajlidongri manganese mine, India, have been refined to R values of 1–2% using single-crystal MoKα X-ray data. The crystals used in the collection of the intensity data were subsequently analyzed by electron- and ion-microprobe techniques. Site populations were assigned from the results of site-scattering refinement and stereochemical analysis, taking into account the unit formula determined for each crystal. These amphiboles range in composition from richterite to magnesioriebeckite to magnesio-arfvedsonite. All amphiboles contain Li, which ranges from 0.03 to 0.30 apfu and is completely ordered at the M(3) site. The amount of F in each crystal is equal to twice the amount of Li, suggesting that Li, which is ordered at the M(3) site, is locally associated with F at both the adjacent O(3) sites. The patterns of electron density in the A cavity and the populations at the A, O(3) and M(4) sites are in accord with previously proposed patterns of short-range order in monoclinic amphiboles. The compositions of these amphiboles lie along the join richterite–magnesioriebeckite and show a surprising degree of coherence in their major-element compositions considering the heterogeneity of the host rocks.

Abstract

Nous avons affiné la structure cristalline de huit amphiboles des groupes sodique–calcique et sodique provenant de la mine de manganèse Kajlidongri, en Inde, jusqu’à un résidu de l’ordre de 1–2% en utilisant des données en diffraction X sur monocristaux (rayonnement MoKα). Les cristaux utilisés pour le prélèvement des données d’intensité ont par la suite été analysés avec des microsondes électronique et ionique. La population des sites a été établie par affinement de la dispersion propre aux sites et par analyse stéréochimique, compte tenu de la formule unitaire de chaque cristal. Ces amphiboles ont une composition dans la série richtérite à magnésioriebeckite ou magnésio-arfvedsonite. Le Li est présent dans chaque amphibole, entre 0.03 et 0.30 apfu, et il occupe le site M(3). La quantité de F dans chaque cristal est égal à deux fois la teneur en Li, ce qui laisse supposer que le Li, situé uniquement sur le site M(3), serait localement associé aux atomes de F sur les sites O(3) adjacents. La distribution de la densité des électrons dans la cavité A et les populations aux sites A, O(3) et M(4) concordent avec l’hypothèse déjà proposée d’une mise en ordre à courte échelle parmi les amphiboles monocliniques. Ces amphiboles de la série richtérite–magnésioriebeckite montrent un degré de cohérence surprenant dans leurs compositions globales, compte tenu l’hétérogénéité des roches encaissantes.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.