Abstract

The paragenesis and chemical composition of the primary Ta–Nb–Sn–Ti oxide minerals in the La Viquita spodumene-bearing granitic pegmatite, San Luis, Sierras Pampeanas, Argentina, evolved from the border zone inward. Early phases consist of minor columbite-(Fe) in the border and wall zones. In the intermediate zones, formed by a coarse-grained association of Kfs + Qtz + Ms + Ab with inwardly increasing proportions of spodumene, homogeneous or oscillatory-zoned columbite-(Fe) crystals occur in the outer parts. They show a fractionation trend to tantalite-(Fe) with Ta/(Ta + Nb) ranging from 0.35 to 0.56 at an almost constant Mn/(Mn + Fe2+ + Fe3+) of ~0.33, and locally to rare columbite-(Mn). In the middle and inner intermediate zones, the dominant phases are cassiterite, wodginite with elevated Zr contents and ferrowodginite. All members of the wodginite group are structurally ordered and carry some signs of exsolution-induced lamellae of ferrotapiolite. Ferrotapiolite is dominant in small Ms + Ab + Qtz units of the core-margin association, with intergrowths of ferrotitanowodginite, inclusions of hafnian zircon, and late-stage cassiterite. From the wall zone to the core-margin assemblage, the suite of Ta–Nb–Sn–Ti minerals shows a fractionation path with a non-linear increase in Ta/(Ta + Nb), basically in three stages marked by sequential dominance of columbite-group minerals, wodginite-group minerals and ferrotapiolite + cassiterite. The phase changes and compositional variations are attributed mainly to the combined effects of increasing proportion of Sn, Fe and Ti (the latter two possibly introduced from the host rocks), and of increasing f(O2) in the melt.

Abstract

La paragenèse et la composition chimique des oxydes primaires de Ta–Nb–Sn–Ti dans la pegmatite granitique à spodumène de La Viquita, à San Luis, Sierras Pampeanas, en Argentine, ont évolué de la bordure vers l’intérieur. Des quantités mineures de columbite-(Fe) se sont d’abord formées dans les zones de bordure et de paroi externe. Dans les zones intermédiaires, à grains plus grossiers, l’association de Kfs + Qtz + Ms + Ab contient le spodumène en quantités grandissantes vers l’intérieur, ainsi que des cristaux homogènes ou zonés de façon oscillatoire de columbite-(Fe) dans les parties externes. Ils montrent un tracé de fractionnement vers la tantalite-(Fe), avec une valeur de Ta/(Ta + Nb) dans l’intervalle de 0.35 à 0.56 à une valeur de Mn/(Mn + Fe2+ + Fe3+) presque constante, ~0.33, et menant localement à columbite-(Mn). Dans les zones intermédiaires centrale et interne, les phases prédominantes sont cassitérite, wodginite avec une teneur élevée en Zr, et ferrowodginite. Tous les membres du groupe de la wodginite ont une structure ordonnée et font preuve de lamelles de ferrotapiolite attribuées à l’exsolution. La ferrotapiolite prédomine dans de petites unités à Ms + Ab + Qtz dans la bordure du noyau; elle montre une intercroissance avec la ferrotitanowodginite, des inclusions de zircon hafnifère, et de la cassitérite tardive. A partir de la zone de paroi vers la bordure du noyau, la suite de minéraux de Ta–Nb–Sn–Ti montre un tracé de fractionnement accusant une augmentation non-linéaire en Ta/(Ta + Nb), en trois stades selon la dominance de minéraux du groupe de la columbite d’abord, de la wodginite ensuite, et enfin de la ferrotapiolite + cassitérite. Nous attribuons les changements dans les assemblages et les variations en composition surtout aux effets combinés de l’augmentation dans la proportion de Sn, Fe et Ti (ces deux derniers possiblement introduits à partir des roches hôtes), et d’une augmentation de la fugacité de l’oxygène dans le liquide silicaté.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.