Abstract

Aquamarine of distinctly dark blue color was discovered during the summer of 2003 in the Pelly Mountains, southern Yukon Territory, Canada. The beryl is found within quartz veins that fill sigmoidal tension gashes, which cut a syenite of Mississippian age. The True Blue showing is differentiated from other beryl occurrences in the northern Cordillera by the color of the beryl, the host rock, mineral associations, timing, and mineralizing fluid. The syenite was emplaced within an extensional setting into undeformed Paleozoic sediments of the Cassiar Platform and felsic volcanic rocks of the Pelly Mountain Volcanic Belt. Post-late-Triassic tectonics resulted in a number of northeasterly directed thrust panels that were subsequently cut by Cretaceous granitic magmatism. Accessory minerals in the veins include siderite, ankerite, allanite-(Ce), fluorite, and minor albite, sulfides, and Fe–Ti–Nb oxides. Electron-microprobe analyses of beryl (n = 192) revealed that FeO values range up to 5.92 wt.%, Na2O up to 2.66 wt.%, MgO up to 3.42 wt.%, CaO up to 0.11 wt.%, and H2O (calculated) up to 3.10 wt.%, whereas little to no Cr or V was detected. The darkest blue examples of beryl also have the highest concentrations of FeO. The allanite-(Ce) contains up to 26 wt.% REE2O3, and exhibits Fe2+ > Fe3+. The fluorite that coprecipitated with beryl from several veins has been dated using Sm–Nd geochronology at 171.4 ± 4.8 Ma. In situ and whole-mineral δ18O values of the beryl and whole-mineral δ18O values of the quartz are variable; temperature estimates derived from these data suggest fluid temperatures between ~275 and ~400°C. Fluid-inclusion data from quartz, beryl, and fluorite suggest variable but high salinity (~6 to 24 wt.% NaCl equivalent) and CH4-absent mineralizing fluids. Conventional models to explain the formation of gem beryl, and consequently exploration parameters, applied in Yukon involve late-stage magmatic fluids. Evidence gathered in this study points to a metamorphic origin for the mineralizing fluid and a local derivation of vein constituents, which distinguish the fluids at True Blue from other intrusion- related beryl-forming fluids in the northern Cordillera.

Abstract

Une aiguemarine de couleur bleu foncé distinctive a été découverte à l’été 2003 dans les montagnes Pelly, dans le sud du territoire du Yukon, au Canada. Le béryl se trouve dans des veines de quartz remplissant des fissures de tension sigmoïdales qui recoupent une syénite d’âge mississippien. L’indice True Blue se distingue d’autres exemples de béryl dans le nord des Cordillères par la couleur du béryl, les roches hôtes, les associations de minéraux, l’âge de la minéralisation et la nature du fluide minéralisateur. La syénite a été mise en place dans un contexte d’extension dans les roches paléozoïques non déformées de la platteforme de Cassiar et les roches volcaniques felsiques de la ceinture des montagnes Pelly. Le contexte post-tardi-triassique a mené à plusieurs chevauchements vers le nord–est, qui ont par la suite été recoupés par des venues granitiques crétacées. Parmi les minéraux accessoires des veines sont sidérite, ankérite, allanite-(Ce), et fluorite, avec albite, sulfures et oxydes de Fe–Ti–Nb accessoires. Les analyses du béryl faites avec une microsonde électronique (n = 192) ont révélé des teneurs en FeO atteignant 5.92% (poids), de Na2O jusqu’à 2.66%, de MgO jusqu’à 3.42%, de Ca jusqu’à 0.11%, et de H2O (calculées) jusqu’à 3.10%; en revanche, nous n’avons pas trouvé de Cr ou de V. Les cristaux de béryl les plus foncés ont aussi les concentrations les plus élevées en FeO. L’allanite-(Ce) contient jusqu’à 26% d’oxydes de terres rares, et contient plus de Fe2+ que de Fe3+. La fluorite ayant coprécipité avec le béryl prélevé dans plusieurs veines a été datée à 171.4 ± 4.8 Ma en utilisant la méthode Sm–Nd. Les valeurs de δ18O in situ pour le béryl entier et les valeurs de δ18O pour le quartz entier sont variables. Les températures estimées à partir de ces données indiquent des températures entre ~275 et ~400°C. Les données obtenues décrivant les inclusions fluides du quartz, du béryl, et de la fluorite semblent indiquer une salinité faible mais variable (de ~6 à 24% de NaCl équivalent) et une absence de CH4 dans les fluides minéralisateurs. Les modèles conventionnels prévus pour expliquer la formation du béryl gemme, et par conséquent les paramètres d’exploration au Yukon, impliqueraient une phase fluide tardi-magmatique. D’après l’évidence ici présentée, nous préconisons plutôt un fluide d’origine métamorphique et une dérivation locale des composants des veines, ce qui distingue alors la phase fluide à l’indice True Blue de celles d’autres systèmes minéralisés en béryl du nord de la Cordillère, liés plutôt à des massifs intrusifs.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.