Abstract

The term glauconite covers a series of iron-rich minerals that form in the upper layer of sediments of the sea bottom in locations where sediment input is low. Because of its potassium content and the process of its formation, it is one of few minerals that can be used in both sequence stratigraphy and in the determination of sedimentation age. Although aluminum-rich glauconite has been identified in several locations, the way it forms remains relatively unknown. A study of the ferrian illite from the Cambrian Anse Maranda Formation shows that, according to the present models for the formation of glauconite and diagenesis, the Al-for- Fe substitution responsible for the genesis of Al-rich glauconite occurs during early burial. In order to maintain charge balance while replacing Fe2+ and Mg2+ by Al3+ at the octahedral site, there is an expulsion of K, as high as 31.6% of the measured K2O. This loss is important when evaluating the time needed to form glauconite and interpreting the occurrence of Fe-rich illite; it must be accounted for when using the K–Ar system, for either dating or in diagenetic studies.

Abstract

La glauconite constitue une série de minéraux riches en fer qui se forment dans les couches de sédiment supérieures en milieu marin sous des conditions de faibles apports de sédiments. Comme elle contient du potassium et qu’elle se forme seulement à la surface des sédiments, la glauconite est un des rares minéraux qui peut être utilisé en stratigraphie séquentielle et pour déterminer l’âge de la sédimentation. Des échantillons de glauconite alumineuse ont été reconnus à travers le monde, mais le processus de formation demeure mal défini. Une étude de l’illite ferrugineuse de la Formation d’Anse Maranda, dans les Appalaches du Québec, suggère, selon les modèles actuels de formation de la glauconite et de diagenèse, que la substitution Al-pour-Fe responsable de la genèse de la glauconite alumineuse et de certains échantillons d’illite ferrugineuse se fait de façon précoce. Pour maintenir un équilibre des charges, le remplacement du Fe2+ et du Mg2+ par Al3+ au site octaédrique s’accompagne d’une perte de K, qui peut atteindre 31.6% du K2O mesuré. Cette perte est importante lorsque vient le temps d’évaluer la maturité de la glauconite et l’origine de l’illite riche en fer. La perte en K est également un facteur à considérer dans l’interprétation du système K–Ar, que ce soit lors de datation ou d’une étude diagénétique.

You do not currently have access to this article.