Abstract

The variation in chemical composition (results of electron-microprobe analyses for 19 elements) and in unit-cell parameters (40 datasets on natural and heated samples) of columbite-group minerals (CGM) from 29 rare-element-class, LCT-family granitic pegmatites of the Pampean pegmatite province in Argentina are evaluated. In general, the CGM range from ferrocolumbite to manganotantalite; the data plotted in the FeNb2O5–FeTa2O5–MnNb2O5–MnTa2O5 quadrilateral show oblique, upward, bifurcated or ill-defined fractionation trends. In beryl-type pegmatites, CGM have very variable compositions from ferrocolumbite to manganocolumbite or locally manganotantalite, but the range of variation is rather limited. The CGM from the spodumene-subtype pegmatites from Salta to San Luis show a broad variation and diversified evolutionary trends among different pegmatites. The petalite-subtype pegmatites of the El Quemado pegmatite field carry more evolved CGM, from manganocolumbite to manganotantalite, as do those from the lepidolite-enriched pegmatites from the Altautina and La Estanzuela fields. The albite-type pegmatites, known to date from the El Totoral pegmatite field, contain CGM with oscillatory zoning, with intermediate compositions in terms of both the Nb/Ta and Fe/Mn values. The composition of the CGM in the postorogenic beryl-type pegmatites from the Punilla pegmatite field corresponds to ferrocolumbite slightly enriched in high-field-strength trace elements. The structural state of natural CGM is variable, from moderately cation-disordered to moderately cation-ordered, but almost all samples undergo virtually total ordering of cations upon heating.

Abstract

Nous avons évalué la variation en composition chimique (données de microsonde électronique pour 19 éléments) et en paramètres réticulaires (40 échantillons naturels et chauffés) de minéraux du groupe de la columbite provenant de 29 massifs pegmatitiques granitiques à éléments rares de la famille LCT provenant de la province Pampéenne d’Argentine. En général, ces minéraux vont de ferrocolumbite à manganotantalite; en termes du quadrilatère FeNb2O5–FeTa2O5–MnNb2O5–MnTa2O5, les tracés de fractionnement sont obliques, orientés vers le haut, bifurqués ou mal définis. Dans les pegmatites enrichies en béryl, ces minéraux font preuve d’une très grande variabilité, allant de ferrocolumbite à manganocolumbite ou localement manganotantalite, mais l’intervalle de variation est plutôt limité. Les minéraux du groupe de la columbite provenant des pegmatites du sous-type à spodumène entre Salta et San Luis montrent une large variation et des tracés évolutifs divers parmi les différents massifs. Les pegmatites du sous-type à pétalite de l’essaim de El Quemado contiennent des compositions plus évoluées, de manganocolumbite à manganotantalite, tout comme les pegmatites enrichies en lépidolite des essaims de Altautina et La Estanzuela. Les pegmatites enrichies en albite, provenant du champ de El Totoral, montrent des grains à zonation oscillatoire avec des compositions intermédiaires en termes des valeurs des rapports Nb/Ta et Fe/Mn. La composition des minéraux du groupe de la columbite des pegmatites à béryl post-orogéniques de la suite de Punilla correspond à la ferrocolumbite légèrement enrichie en éléments traces à champ électrostatique élevé. Le degré d’ordre de ces minéraux est variable, allant de modérément désordonné à modérément ordonné, mais la grande majorité des échantillons deviennent complètement ordonnés suite à un chauffage.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.