Abstract

“Horsfordite” was first described as a new mineral species in 1888, and is listed in most mineralogy texts, despite the fact that neither recent data nor examples of the species can be found. We have examined a specimen labeled “horsfordite”, from the Ferrier Collection at the Redpath Museum, McGill University, the acquisition of which dates to the time of the original description of the species. This specimen is composed of three phases which, when analyzed in aggregate, are compatible with the original composition reported for “horsfordite”: copper antimonide, Cu5Sb. Examination of the specimen in polished section reveals characteristics indicative of a metallurgical product. There is no evidence that “horsfordite” exists in nature.

Abstract

La “horsfordite”, décrite comme nouvelle espèce minérale en 1888, est toujours répertoriée dans la plupart des ouvrages dédiés à la minéralogie, malgré le fait qu’aucune donnée nouvelle ou aucun échantillon de cette espèce n’ait été trouvé. Nous avons examiné un échantillon de “horsfordite” de la collection Ferrier du musée Redpath de l’université McGill, dont l’acquisition date du temps de la découverte originale de l’espèce. L’échantillon comporte un mélange de trois phases, dont la composition globale est compatible avec la composition attribuée à l’espèce lors de sa description initiale; il s’agit d’un antimoniure de cuivre, Cu5Sb. Un examen de l’échantillon en lumière réfléchie démontre les caractéristiques d’un produit métallurgique. Il n’y a aucune indication que la “horsfordite” existe à l’état naturel.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.