Abstract

Excavation of ornamental and gem materials from workshop sites on the island of Antigua, West Indies, also uncovered jade celts (axe forms) and fragments thereof. All are jadeite jades (jadeitite), like jades from Mesoamerica. The Antigua sites date to the Saladoid period (ca. 250–500 AD), roughly equivalent to early Classic period for Mesoamerican cultures, and reveal “jades” used in a context (i.e., decorative celt) well developed by Mesoamericans some 3100 km to the West. Ten of these jade artifacts were examined by a combination of mineralogical and petrographic techniques to determine their mineral constituents, mineral compositions and petrographic textures, in order to place them in a context of possible sources among worldwide sources of jadeite jade. The common assemblage for six artifacts studied as polished sections include jadeite, omphacite, albite, a white-tan mica, quartz, zoisite or clinozoisite and titanite, with the exception of one artifact lacking albite and quartz, and one lacking mica. Allanite was found in the cores of zoisite in two jades, and glaucophane and lawsonite, each, were observed in single samples of jade. The other four jades, which could not be studied as well, seem to contain comparable assemblages. Conspicuous among the Antigua jades is the textural setting of quartz, a phase absent from jadeitite from most sources worldwide. Quartz exists either as a secondary matrix phase around corroded grains of jadeite (tiny omphacite grains in quartz decorate the boundaries of the jadeite) or as inclusions in jadeite associated with smaller regions of omphacite. In comparison with jadeitite from ~12 described occurrences worldwide, only jadeitite from south of the Motagua fault zone (MFZ) in Guatemala regularly contain the appropriate assemblage, including white mica and quartz. Moreover, glaucophane and lawsonite have also been observed in jadeitite from this source, and textures are also highly similar. However, differences include absence of zoisite or clinozoisite and paragonite, plus some divergences in pyroxene compositions in Guatemalan jadeitite from south of MFZ compared to the Antigua jades. Although Guatemala is a reasonable source for the Antigua jades, as yet unknown sources in a similar geological terrane (serpentinite–matrix mélange) on Cuba, Hispaniola or Jamaica cannot be ruled out.

Abstract

L’excavation de matériaux ornementaux et gemmes de sites d’anciens ateliers sur l’île d’Antigua, dans les Antilles, a mené à des découvertes d’éolithes (genre de hache) en jade, ou des fragments de ceux-ci. Tous sont faits de jade à jadéite (jadéitite), tout comme les objets de jade méso-américains. Les sites d’Antigua datent de la période saladoïde (ca. 250–500 AD), à peu près équivalente à l’intervalle Classique précoce des cultures méso-américaines, et révèlent l’utilisation d’objets de jade (éolithes décoratifs) dans un contexte bien développé dans certaines cultures méso-américaines quelques 3100 km à l’ouest. Dix de ces artéfacts en jade ont été examinés avec une démarche combinée d’études minéralogiques et pétrographiques pour en déterminer leurs contenu, et d’analyses des minéraux et de leurs textures, afin de les placer dans un contexte de sources possibles parmi les sources de jade à jadéite disponibles à l’échelle du globe. L’assemblage commun à six des artéfacts étudiés en lame mince polie contient jadéite, omphacite, albite, un mica de blanc à beige, quartz, zoïsite ou clinozoïsite et titanite, à l’exception d’un artéfact dépourvu d’albite et de quartz, et d’un autre dépourvu de mica. Nous avons trouvé l’allanite dans le noyau de cristaux de zoïsite dans deux morceaux de jade, et la glaucophane et la lawsonite dans un échantillon chaque. Les quatre autres échantillons de jade, qui n’ont pas fait l’objet d’études aussi approfondies, semblent contenir des assemblages comparables. Ce qui est notable dans les objets de jade d’Antigua est le contexte textural du quartz, phase absente dans la jadéitite de la plupart des sources ailleurs. Le quartz existe soit comme phase secondaire dans la matrice autour des grains corrodés de jadéite (de petits grains d’omphacite décorant les bordures des grains de jadéite) ou en inclusions dans la jadéite associée aux plus petits domaines d’omphacite. En compaison avec la jadéitite d’environ douze endroits bien documentés à l’échelle du globe, seule la jadéitite provenant du sud de la zone de failles de Motagua au Guatemala contient regulièrement l’assemblage approprié, y inclus le mica blanc et le quartz. De plus, la glaucophane et la lawsonite ont été observées dans la jadéitite de cet endroit, et les textures sont aussi très semblables. Toutefois, il y a des différences: la zoïsite ou la clinozoïsite et la paragonite sont absentes, et il y a des divergences en composition du pyroxène dans la jadéitite gualtémaltèque du sud de la zone de failles de Motagua. Quoique le Guatemala serait un point d’origine raisonnable des objets de jade d’Antigua, la possibilité d’une source méconnue de matériaux semblables provenant d’un contexte géologique semblable (mélange serpentinite–matrice) à Cuba, Hispaniola ou en Jamaïque ne peut pas être éliminée.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.