Abstract

An assessment of the net acid–base account following H2O2 oxidation of mine rock was established by chemical calculations based on the molar quantity of neutralizing cations (Na, K, Mg, Ca) and acid-generating S released during the Net Acid Generation (NAG) test. These neutralizing cations are derived from both silicates and carbonates; in carbonate-poor samples (ANCcarb < 5 kg H2SO4/t), however, the acid-neutralization capacity of silicate may be more important in neutralizing acidity than carbonate ANC. Testing is not recommended for samples that have significant concentrations of non-acid-forming S, non-neutralizing cations or non-acid-forming sulfide minerals, such as galena.

Abstract

Un bilan global entre acidité et basicité de roches exploitées dans les mines suite à leur oxydation par traitement au H2O2 a été établi par calculs fondés sur la quantité molaire des cations neutralisateurs (Na, K, Mg, Ca) et de S apte à générer l’acidité en utilisant le test NAG (génération globale d’acidité). Ces cations neutralisateurs seraient dérivés à la fois de silicates et de carbonates; dans les échantillons à faible teneur en carbonate (ANCcarb < 5 kg H2SO4/t), il est clair que la capacité des silicates à neutraliser l’acide pourrait être plus importante que celle des carbonates. Un tel test n’est pas recommandé pour les échantillons qui possèdent une proportion importante de soufre non apte à former un acide, de cations non aptes à neutraliser, ou de minéraux sulfurés non aptes à générer de l’acidité, par exemple la galène.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.