Abstract

Chemical calculations based on the molar quantity of neutralizing cations (Na, K, Mg, Ca, Mn) released to solution associated with the acidic dissolution of minerals provide a method to chemically quantify the acid-neutralization capacity (ANC) of carbonates, silicates, simple assemblages of mixed minerals, and waste-rock samples obtained from international mining operations. The acidity neutralized by each cation is equivalent to its valence within the mineral structure. Fe and Al are hydrolyzed during the ANC back-titration and thus are effectively non-acid-neutralizing cations. Sulfur derived from pyrite oxidation is equivalent to the release of two moles of H+, although non-acid-forming S (e.g., gypsum) should be addressed. Calculations based on these principles for the samples tested correlate well with the ANC determined by titration-type tests.

Abstract

Des calculs fondés sur la quantité molaire des cations neutralisateurs (Na, K, Mg, Ca, Mn) relâchés dans une solution associée à la dissolution de minéraux en milieu acide fournissent une méthode de quantifier chimiquement la capacité à neutraliser les acides de carbonates, silicates, de simples assemblages de minéraux mixtes, et des échantillons de roches constituant des déchets d’opérations minières internationales. L’acidité neutralisée par chaque cation serait équivalente à sa valence dans le minéral hôte. Le Fe et l’Al sont hydrolysés lors de titration inversée de l’évaluation, et donc ne joueraient aucun rôle dans la neutralisation. Le soufre dérivé de l’oxydation de la pyrite serait l’équivalent à la production de deux moles de H+, quoique le soufre non apte à former un acide, par exemple le soufre du gypse, devrait aussi être évalué. Pour les échantillons étudiés, les calculs fondés sur ces principes montrent une bonne corrélation avec la valeur du pourvoir neutralisateur déterminée dans des tests de titration.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.