Abstract

Elsmoreite, WO3·0.5H2O (IMA 2003–059), is a new mineral species from the Elsmore tin deposit, Elsmore, in the New England region of northern New South Wales, Australia. The name is derived from the locality. It occurs as a white, microcrystalline powder (luster could not be observed) formed as a result of the oxidation of ferberite in the oxidized zone of weakly mineralized granitic pegmatite dykes containing Sn, W, Mo and Bi minerals, hosted in pegmatitic greisen veins in a granite stock. The mineral is cubic, space group Fd3m, with a 10.203(1) Å, V 1062.1(2) Å3, Z = 16, Dcalc 6.025 g cm−3, using refined unit-cell data from natural material and the ideal formula WO3·0.5H2O. The density of the natural material could not be measured. The seven strongest lines in the X-ray powder diffraction pattern [d in Å(I)(hkl)] are: 5.884(100)(111), 2.944(78)(222), 3.075(62)(311), 1.804(23)(440), 1.964(17)(511), 1.725(14)(531) and 1.538(14)(622). Tungsten was the only cation detected by electron-microprobe analysis. An average of five spot-analyses (W) on individual grains and a single thermogravimetric analysis for H2O gave 96.0% WO3 and 3.3% H2O, yielding the formula WO3·0.44H2O, based on one W atom, and ideally WO3·0.5H2O. Elsmoreite is identical to the cubic synthetic phase of the same composition, and whose single-crystal structure is known. The structure is based on a defect pyrochlore lattice. Because of the minute grain-size of the natural material, its physical and optical properties were determined on synthetic WO3·0.5H2O. Microcrystalline octahedral crystals of WO3·0.5H2O are colorless with a white streak, translucent, and possess an adamantine luster, with a very high index of refraction, 2.24 ± 0.005 (white light). No luminescence was observed. The compatibility index (CI) is −0.164, which is classed as poor. Elsmoreite is brittle, has no apparent cleavage, a splintery fracture and a Mohs hardness of approximately 3. Crystals are octahedral, some of which seem to be twinned on the spinel law. The cubic tungstic acid is closely related to ferritungstite, alumotungstite and jixianite.

Abstract

Nous décrivons la elsmoreïte, WO3·0.5H2O (IMA 2003–059), nouvelle espèce minérale provenant du gisement d’étain de Elsmore, situé dans la région de Nouvelle-Angleterre du nord du Nouveau Pays de Galles, en Australie. Le nom est inspiré de la localité. La elsmoreïte se présente en amas microcristallins pulvérulents blancs (éclat non observable) formés par oxydation de la ferberite dans des filons de pegmatite granitique contenant des minéraux de Sn, W, Mo et Bi, dans un hôte de veines de greisen d’un massif de granite. Il s’agit d’un minéral cubique, groupe spatial Fd3m, ayant a 10.203(1) Å, V 1062.1(2) Å3, Z = 16; la densité, 6.025 g cm−3, est calculée à partir de la maille élémentaire du matériau naturel et de sa formule idéale, WO3·0.5H2O. La densité n’a pu être mesurée directement. Les sept raies les plus intenses du spectre de diffraction X, méthode des poudres [d en Å(I)(hkl)] sont: 5.884(100)(111), 2.944(78)(222), 3.075(62)(311), 1.804(23)(440), 1.964(17)(511), 1.725(14)(531) et 1.538(14)(622). Le tungstène est le seul cation à être décelé par analyse à la microsonde électronique. Un résultat moyen de cinq analyses (W) de grains individuels et une détermination thermogravimétrique de la teneur en H2O ont donné 96.0% WO3 et 3.3% H2O, ce qui correspond à la formule WO3·0.44H2O, fondée sur un atome de W, ou idéalement WO3·0.5H2O. La elsmoreïte est identique à la phase synthétique cubique de la même composition, dont la structure cristalline est connue. La structure est fondée sur celle du pyrochlore avec lacunes. Vue la granulométrie infime, nous avons dû nous fier sur l’analogue synthétique pour obtenir les propriétés physiques et optiques. Les cristaux octaédriques microcristallins de WO3·0.5H2O sont incolores avec une rayure blanche, translucides, avec un éclat adamantin et un indice de refraction très élevé, 2.24 ± 0.005 (lumière blanche). Aucune luminescence n’a été observée. L’indice de compatibilité, −0.164, indique une piètre concordance des données. La elsmoreïte est cassante, sans clivage apparent, une fracture en esquilles, et une dureté de Mohs d’environ 3. Les cristaux sont octaédriques, et maclés selon la loi du spinelle. L’acide tungstique est étroitement lié à la ferritungstite, l’alumotungstite et la jixianite.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.