Abstract

The Broken Hill orebody, in Australia, is hosted in pelitic and psammitic gneisses that underwent metamorphism in the granulite facies. Peak metamorphism in the area occurred around 1600 Ma and exceeded temperatures of 850°C at pressures of 5–7 kilobars. The orebody is located in an area of intense deformation that occurred 5 to 15 million years after the peak metamorphism. Highly foliated pelitic schist directly adjacent to the Broken Hill orebody contains assemblages ranging from quartz –K-feldspar – biotite – garnet – sillimanite to quartz – muscovite – biotite – staurolite – garnet – chlorite. The latter assemblage equilibrated at temperatures as low as 600°C. Silicates in the low-temperature assemblages are intimately associated with galena that, in places contains clusters rich in Ag and Sb alloys, sulfides, and sulfosalts. One-bar experiments in the system Ag–Sb–S indicate that the assemblages seen in these rocks would have been molten at 500°C. These relations suggest that a polymetallic melt persisted at Broken Hill for up to twenty million years after peak metamorphism.

Abstract

Le gisement de Broken Hill, en Australie, est situé dans un hôte gneissique métapélitique et métapsammitique qui a subi un métamorphisme au faciès granulite. Le paroxysme métamorphique dans la région a eu lieu il y a environ 1600 millions d’années, et a impliqué une température au delà de 850°C à une pression entre 5 et 7 kilobars. Le gisement est situé dans une zone de déformation intense active de 5 à 15 million d’années après la culmination métamorphique. Des schistes pélitiques fortement foliés directement adjacents au gisement de Broken Hill contiennent des assemblages allant de quartz – feldspath potassique –biotite – grenat – sillimanite à quartz – muscovite – biotite – staurolite – grenat – chlorite. Ce deuxième assemblage s’est équilibré à une température aussi basse que 600°C. Les silicates des assemblages de plus faible température sont intimement associés à la galène qui, par endroits, contient des amas riches en alliages, sulfures et sulfosels d’argent et d’antimoine. Des expériences à un bar dans le système Ag–Sb–S indiquent que les assemblages de ces roches pourraient avoir été à l’état fondu à 500°C. Ces relations font penser qu’un liquide polymétallique a persisté à Broken Hill jusqu’à vingt millions d’années après la culmination métamorphique.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.