Abstract

The Monte’e Senes intrusive complex in northeastern Sardinia represents a good example of a syntectonic tonalitic sheet-complex. Its history consists of at least three intrusive events involving tonalitic magma and one subsequent intrusive event involving leucogranitic magma. The tonalites form numerous cm- to m-thick layers subparallel to the main foliation and layering of the country rocks. Emplacement occurred under greenschist-facies conditions of the country rocks. Deformation fabrics and fabrics of the contact aureole provide information on kinematics and P–T conditions during intrusion, as well as the relationship to the regional deformation. High-T deformation fabrics of quartz and plagioclase in the intrusive bodies, together with magmatic and high-T foliations and lineations parallel to foliations and lineations of the country rocks, indicate syntectonic intrusion. The deformation of cordierite, andalusite and sillimanite in the contact aureole, as well as the high-T deformation of quartz, point to a long-lasting history of partly synchronous deformation and intrusion. A relatively shallow intrusive body is indicated by the occurrence of andalusite and cordierite in the contact aureole and by granophyric microstructures. Greenschist-facies deformation fabrics in all of the igneous rocks indicate that the intrusion was outlasted by the regional deformation. The Monte’e Senes complex was emplaced during retrograde metamorphism associated with west-directed thrusting of the late Variscan continent–continent collision between Gondwana and Armorica.

Abstract

Le complexe intrusif de Monte’e Senes, dans le nord-est de la Sardaigne, en Italie, représenterait un bel exemple d’un complexe tonalitique syntectonique mis en place en feuillets. Nous distinguons au moins trois événements intrusifs impliquant un magma tonalitique, et une venue tardive de magma leucogranitique. Les tonalites se présentent en de nombreux feuillets centimétriques à métriques subparallèles à la foliation principale et au litage de l’encaissant. La mise en place s’est déroulée aux conditions du faciès schistes verts dans l’encaissant. Les microstructures dues à la déformation, ainsi que celles développées dans l’auréole de contact, fournissent des indices de la cinématique et des conditions P–T au cours de l’intrusion, et de la relation avec la déformation à l’échelle régionale. Les microstructures dues à la déformation du quartz et du plagioclase à température élevée, ainsi que les foliations et linéations magmatiques et de haute température parallèles à celles dans l’encaissant, sont des indications d’une intrusion syntectonique. La déformation de la cordiérite, de l’andalusite et de la sillimanite dans l’auréole de contact, de même que la déformation du quartz à température élevée, indiquent une période de déformation étalée dans le temps, en partie synchrone avec la déformation régionale et l’activité intrusive. Une mise en place à relativement faible profondeur serait responsable de la présence de l’andalousite et de la cordiérite dans l’auréole de contact, et de microstructures granophyriques dans les roches intrusives. Les microstructures dues à la déformation au faciès schistes verts partout dans les roches intrusives montrent que la déformation régionale a continué après la mise en place. Le complexe de Monte’e Senes fut mis en place lors d’un épisode de métamorphisme rétrograde associé à un chevauchement vers l’ouest lors d’une collision de Gondwana et Armorique à l’époque varisque tardive.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.