Abstract

We report 40Ar/39Ar data for zoned micas from three sampling sites in the Lake Lewis leucogranite in the South Mountain batholith (SMB) of Nova Scotia. Individual grains of mica contain oscillatory zones of Msss, the main white mica, and IMP, a weakly pleochroic intermediate mica phase, in sufficiently large volumes to provide good targets for laser dating. The mean age of Msss from the three sampling sites is 380 ∠2 Ma; the maximum age recorded is ca. 382 Ma. Data from IMP define a population that has about this same upper limit in age but a significantly younger lower limit. We observe only slight intragrain variations in age at all three sites, but detect significant (i.e., ~2–3%) intergrain variations at two sites. We conclude that these primary micas cooled through the Ar closure temperature (nominally, 350°C) at 381 ∠1 Ma. Comparison with other geochronological data suggests that, within analytical uncertainty, this is the time of crystallization of the SMB. The younger argon ages, mainly from IMP, may reflect post-emplacement loss of argon resulting from pervasive ca. 370 Ma (and possibly later) magmatic or hydrothermal activity in the SMB. These new data provide a time-frame that permits a correlation of late-stage magmatic activity in the SMB (e.g., at Lake Lewis) with some, but not all, of other known magmatic, alteration, and mineralization events.

Abstract

Nous présentons des données sur le rapport 40Ar/39Ar des micas zonés, échantillonnés à trois sites dans le leucogranite de Lake Lewis, faisant partie du batholite de South Mountain, en Nouvelle-Écosse. Les grains individuels de mica contiennent des zones oscillatoires soit de Msss, le mica blanc principal, soit de IMP, un mica intermédiaire faiblement pléochroïque, en volumes suffisamment importants pour fournir des cibles adéquates pour une datation au laser. L’âge moyen du mica blanc, Msss, à ces trois sites est 380 ∠2 Ma; l’âge maximum est environ 382 Ma. Les données pour le mica IMP définissent une population qui a à peu près la même limite supérieure d’âges, mais un seuil d’âges inférieurs plus jeune. Nous observons de légères variations à l’intérieur des grains à chacun des trois sites, mais les variations entre grains sont plus importantes (~2–3%) à deux des sites. Nous croyons que ces micas primaires ont refroidi au delà de la température de fermeture pour l’argon (qui serait de 350°C) il y a 381 ∠1 Ma. Une comparaison avec les autres données géochronologiques montre qu’il s’agit ici du temps de cristallisation du batholite de South Mountain, compte tenu de l’incertitude analytique. Les âges plus jeunes, surtout mesurés sur les grains du mica IMP, pourraient témoigner d’une perte d’argon après la mise en place, résultant d’une activité magmatique ou hydrothermale généralisée à environ 370 Ma (et peut-être plus tard) dans ce batholite. Les nouvelles données fournissent un encadrement temporel permettant la corrélation de l’activité tardi-magmatique (c’est-à-dire à Lake Lewis) dans ce batholite avec certains autres événements connus de magmatisme tardif, d’altération et de minéralisation.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.