Abstract

Platinum-group minerals (PGM) have been identified in samples from the Katiniq and Zone 2 orebodies, Raglan deposits, Cape Smith, northern Quebec. The most abundant PGM (in area %) is sperrylite, comprising a third of all the grains. Overall, sudburyite and merenskyite make up the majority of the remaining PGM, with the others consisting of moncheite, temagamite, a Pd–Bi telluride, a Pd–Pb–Bi telluride and a Pt–Os–Ru-bearing Rh sulfarsenide, probably hollingworthite. Sperrylite is more abundant at Katiniq, and merenskyite is more abundant in Zone 2. The majority of the PGM are associated with sulfide minerals and are either completely enclosed within sulfides, or at a sulfide–silicate boundary. Platinum-bearing PGM are the predominant PGM associated with pyrrhotite and pentlandite in MSS ores. In addition, the PGM in chalcopyrite-rich ores are commonly Pt-bearing, with Pd-bearing PGM concentrated in secondary veins. A notable proportion of the PGM is associated either with carbonate, 13% by area within Zone 2, or with maucherite (nickel arsenide), 9% by area at Katiniq. The platinum-group elements, especially Pd, have been mobilized during both extensive low-temperature alteration of the ultramafic rocks in the greenschist facies and the shearing that affected these deposits. This fact is demonstrated by the occurrence of sudburyite and, more rarely, sperrylite within carbonate in secondary veins and in shear zones. At Katiniq, sudburyite is associated with maucherite, and Pd occurs in solid solution within the maucherite grains, both minerals likely to have been produced as a result of postmagmatic alteration. The morphology of the PGM has been extensively modified during this low-temperature alteration, with sperrylite crystals losing their euhedral form where parts of the crystal are in contact with altered silicates. These PGM may also have indented outlines where they are cross-cut by needles and laths of actinolite–tremolite. In terms of processing and beneficiation, 20% of the PGM grains may currently be unrecoverable owing to their complete enclosure in gangue minerals. Only 17.5% are fully recoverable as a result of their enclosure within chalcopyrite and pentlandite.

Abstract

Nous avons identifié les minéraux du groupe du platine (MGP) dans des échantillons de minerai provenant des gisements Katiniq et Zone 2, parmi les gisements de Raglan, au Cap Smith, dans le nord du Québec. Le MGP le plus abondant, en termes d’aire, est la sperrylite, qui constitue un tiers des grains. En général, la sudburyite et la merenskyite constituent la majorité des autres grains, et des proportions infimes de monchéite, témagamite, un tellurure de Pd–Bi, un autre de Pd–Pb–Bi, et un sulfarséniure de Rh contenant aussi Pt–Os–Ru, probablement la hollingworthite, forment le reste. La sperrylite est davantage abondante à Katiniq, et la merenskyite est plus abondante à la Zone 2. La majorité des MGP montrent une association avec les minéraux sulfurés et sont soit complètement inclus dans les sulfures ou bien sont situés à l’interface entre sulfure et silicate. Les MGP contenant du platine sont prédominants en association avec la pyrrhotite et la pentlandite dans les minerais massifs (MSS). De plus, les MGP dans les minerais riches en chalcopyrite sont en général aussi platinifères, et les minéraux plutôt palladifères sont concentrés dans les veines secondaires. Une proportion importante des grains de MGP est associée soit au carbonate, 13% selon l’aire dans la Zone 2, soit avec la mauchérite (arséniure de nickel), 9% selon l’aire à Katiniq. Les éléments du groupe du platine, surtout le Pd, ont été remobilisés lors de l’altération intense des roches ultramafiques à faibles températures, sous conditions du faciès schistes verts, et lors du cisaillement qui a affecté ces gisements. Ce fait rend compte de la présence de sudburyite et, moins couramment, de la sperrylite englobés dans le carbonate dans des veines secondaires et dans des zones de cisaillement. A Katiniq, la sudburyite est associée à la mauchérite, et le Pd se trouve en solution solide dans des grains de mauchérite, les deux minéraux probablement produits de l’altération postmagmatique. La morphologie des MGP aurait été fortement modifiée au cours de cette altération à basse température; ainsi, les cristaux de sperrylite auraient perdu leur forme idiomorphe où ils étaient en contact avec des silicates produits par l’altération. Ces MGP pourraient aussi avoir un profil indenté où ils sont recoupés par des aiguilles ou des plaquettes d’actinolite–trémolite. En termes de traitement et d’enrichissement des minerais, 20% des grains de MGP seraient présentement non récupérables à cause de leur présence en inclusions dans les minéraux de la gangue. Seulement 17.5% seraient complètement récupérables, étant présents en inclusions dans la chalcopyrite et la pentlandite.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.