Abstract

The Kläppsjö Gabbro, in north-central Sweden, is a layered intrusion with two horizons of ultramafic cumulates that occur among otherwise relatively evolved gabbroic cumulates. Assays for Pt, Pd, and Au reveal enriched concentrations at discrete levels within each of the ultramafic sections. Apatite in these same samples have unusually high XCl values (as much as ~0.85). Chlorapatite is quite uncommon in such settings, but is associated with the economically significant J–M and Merensky PGE reefs of the Stillwater and Bushveld complexes, respectively. However, below the mineralized horizons in the Kläppsjö Gabbro, there is no chlorapatite, as there is in those two complexes, nor are the mineralized horizons demonstrably associated with mixing of variably evolved magmas. Thus the PGE mineralization does not appear to fit either of the two most accepted models for PGE concentration in layered intrusions. We suggest that the mineralization in the Kläppsjö Gabbro is the product of minor sulfide accumulation from basaltic liquids relatively rich in PGE and Au. This enrichment may be associated with segregation of the sulfide liquid in the plumbing system, but the high Cl contents of the apatite associated with high Pt and Au concentrations in the ultramafic rocks suggest a source enriched in PGE, Au, and Cl.

Abstract

Le massif gabbroïque de Kläppsjö, dans la partie centre-nord de la Suède, est un complexe stratiforme contenant deux niveaux de cumulats ultramafiques parmi des cumulats gabbroïques relativement évolués. Des analyses pour le Pt, Pd, et Au révèlent un enrichissement à des niveaux spécifiques dans chacune des deux sections ultramafiques. L’apatite dans ces mêmes échantillons fait preuve de teneurs anormalement élevées en XCl (jusqu’à ~0.85). La chlorapatite est relativement rare dans de tels milieux, mais elle est associée avec les bancs minéralisés en éléments du groupe du platine (EGP) dits de J–M et de Merensky, dans les complexes de Stillwater et de Bushveld, respectivement. Toutefois, en-dessous des niveaux minéralisés de la séquence gabbroïque de Kläppsjö, il n’y a pas de chlorapatite, comme dans ces autres exemples de bancs minéralisés. Il n’y a pas non plus d’évidence que les zones minéralisées pourraient résulter d’un mélange de magmas variablement évolués. Il semble donc que la minéralisation en EGP ne peut pas s’expliquer en invoquant l’un ou l’autre des deux modèles généralement proposés pour expliquer la concentration des EGP. L’origine de la minéralisation dans le cas du gabbro de Kläppsjö Gabbro résulterait plutôt d’une accumulation d’une fraction mineure de sulfures à partir de venues de liquide basaltique relativement enrichies en EGP et en Au. Cet enrichissement pourrait être associé à une ségrégation de liquide sulfuré dans le système de conduits, mais les teneurs élevées en chlore de l’apatite associée au anomalies en Pt et en Au des roches ultramafiques laissent présager une source enrichie en EGP, Au, et Cl.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.