Abstract

The Golden Mile, Kalgoorlie, Western Australia, is a mesozonal gold deposit unusual because of its enormous size (>1,457 tonnes of gold) and because tellurides are responsible for approximately 20% of gold production. Gold mineralization is hosted primarily by Archean-aged dolerites and basalts that have been metamorphosed to the greenschist facies. This mineralization occurs in hundreds of auriferous and telluride-bearing lodes, which have been classified into three structural types on the basis of orientation: main (trending NNW), caunter (trending NW) and cross lodes (trending NE). Three distinct styles of hydrothermal mineralization are present in the deposit. The early Fimiston-style lodes are characterized by main, caunter and cross lodes. The Oroya-style lodes (V- and Te-rich) occur in later dilational jogs and veinlets within a shear zone. Both of these are overprinted by the younger Mount-Charlotte-style mineralization (quartz-vein stockwork). Nineteen tellurium-bearing minerals occur in the Golden Mile deposit. Calaverite, petzite, coloradoite, altaite and native gold are most common throughout the deposit, whereas tellurantimony, melonite, hessite, stützite, krennerite and sylvanite are rare in the main and caunter lodes. In addition, hessite and montbrayite are found in trace amounts in the cross and main lodes, respectively. There is no systematic distribution of tellurides within a given lode. Tellurides in Fimiston-style ores formed at ca. 300° to 170°C during cooling of the deposit. Values of f(Te2) and f(S2) determined at 300°C on the basis of the stability of native elements, tellurides and sulfides, are ca. log f(Te2) in the range −11.4 to −6.8 and log f(S2) in the range −12.6 to −5.5. No spatial variations in the composition of native gold, tetrahedrite-group minerals and tellurides occur in the Golden Mile deposit, although there is a weak to moderate decrease in gold fineness with depth. Marked differences in telluride mineralogy in and between individual lodes likely reflect variations in physicochemical conditions during ore formation or mechanisms of precious-metal deposition.

Abstract

Le gisement aurifère de Golden Mile, dans le district de Kalgoorlie, en Australie occidentale, est un gîte mésozonal inhabituel à cause de sa taille énorme (>1,457 tonnes d’or) et à cause de la présence de tellurures, responsables d’environ 20% de la production d’or. L’or est surtout dans des dolérites et des basaltes archéens qui ont été métamorphisés au faciès schistes verts. Cette minéralisation a donné lieu à des centaines d’essaims de veines aurifères et tellurifères, qui sont classifiées en trois types structuraux selon leur orientation: essaims principaux (orientation nord – nord-ouest), caunter (orientation nord-ouest) et transversaux (orientation nord-est). Trois styles distincts de minéralisation hydrothermale en résultent. Le stade initial, dit de Fimiston, contient les orientations d’essaims principaux, caunter et transversaux. Les veines de type Oroya (enrichies en V et Te), occupent des décrochements dilationnels et des zones de cisaillement. Ces deux stades de minéralisation sont remaniés lors du stade ultime, dit de type Mont Charlotte (stockwerk de veines de quartz). Dix-neuf minéraux de tellurium ont été repérés dans le gisement de Golden Mile. Calavérite, petzite, coloradoïte, altaïte et or natif sont les plus répandus, tandis que tellurantimoine, mélonite, hessite, stützite, krennerite et sylvanite sont rares dans les essaims principaux et caunter. De plus, hessite et montbrayite se retrouvent en traces dans les essaims transversaux et principaux, respectivement. Il ne semble pas y avoir de distribution systématique des tellurures dans un système de veines. Les tellurures dans le minerai de style Fimiston se seraient formés sur l’intervalle d’environ 300° à 170°C pendant le refroidissement du gisement. Les valeurs de f(Te2) et de f(S2) déterminées à 300°C, en tenant compte de la stabilité des éléments eux-mêmes, des tellurures et des sulfures, se situent environ dans les intervalles de −11.4 à −6.8 et de −12.6 à −5.5, respectivement. Il n’y a pas de variation spatiale dans la composition de l’or natif, des minéraux du groupe de la tétraédrite et des tellurures dans le gisement de Golden Mile, quoiqu’il semble y avoir une faible diminution de la pureté de l’or avec la profondeur. Des différences marquées dans la minéralogie des tellurures des essaims de veines et entre ces essaims reflèteraient probablement des variations en conditions physicochimiques au cours de la formation du minerai ou bien en mécanismes de déposition des métaux précieux.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.