Abstract

The crystal structure of orlandiite, Pb3Cl4(SeO3)·H2O, has been determined and refined to R = 0.042. Orlandiite is triclinic, space group P1̅ (no. 2), with a 8.136(3), b 8.430(6), c 9.233(7) Å, α 62.58(7), β 71.84(4), γ 75.13(4)°, and Z = 2. The unit cell can be referred to a pseudomonoclinic C-centered setting using the transformation [−2 ½ 0/0 −½ 0/0 −½ 1], leading to a 15.727, b 4.215, c 8.196 Å, β 103.03°. The crystals so far examined are twinned on the {0 1 0} plane in the pseudomonoclinic reference-frame, in cases closely simulating monoclinic symmetry. Besides twinning-induced apparent disorder, especially involving the position of a lead atom, there is also actual disorder involving the selenite anion. Owing to disorder of the selenite group, two independent Pb atoms in the structure can be either nine-fold or eight-fold coordinated. In the first case, they are surrounded by six chlorine and three oxygen atoms of the selenite anion (tricapped trigonal prismatic coordination); in the second case, one of the bonded oxygen atoms is missing. These coordination polyhedra are linked together to form sheets normal to [1 0 0]. A third nine-fold coordinated Pb atom, showing apparent signs of disorder (actually caused by twinning) is located between these sheets, together with the SeO32− anion and the H2O molecule.

Abstract

Nous avons déterminé et affiné la structure cristalline de la orlandiite, Pb3Cl4(SeO3)·H2O, jusqu’à un résidu R de 0.042. Il s’agit d’un minéral triclinique, groupe spatial P1̅ (no. 2), a 8.136(3), b 8.430(6), c 9.233(7) Å, α 62.58(7), β 71.84(4), γ 75.13(4)°, et Z = 2. La maille élémentaire peut être transformée en maille pseudomonoclinique à C centré au moyen de la transformation [−2 ½ 0/0 −½ 0/0 −½ 1], ce qui donne les paramètres a 15.727, b 4.215, c 8.196 Å, β 103.03°. Les cristaux que nous avons examiné sont maclés sur le plan {0 1 0} dans le système de coordonnées pseudomonocliniques, et dans certains cas simulent très bien une symétrie monoclinique. En plus d’un désordre apparent dû au développement de macles, impliquant surtout la position d’un atome de plomb, il y a aussi un désordre réel impliquant la position de l’anion sélénite. A cause de ce désordre, deux atomes indépendants de Pb peuvent avoir une coordinence neuf ou huit. Dans le premier cas, le Pb est entouré de six atomes de chlor et trois d’oxygène d’un groupe sélénite (en coordinence prismatique trigonale à trois sommets); dans le second, un des atomes d’oxygène est absent. Ces polyèdres de coordinence sont liés l’un à l’autre pour former des feuillets perpendiculaires à [1 0 0]. Un troisième atome de Pb, à coordinence neuf, aussi sujet à un désordre apparent dû au développement de macles, est situé entre ces feuillets, avec l’anion SeO32− et la molécule de H2O.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.