Abstract

The type material of romarchite and hydroromarchite from Boundary Falls, Winnipeg River, Ontario, Canada, was re-examined. The minerals form deposits on pewter bowls and are products of tin corrosion in a unique cold freshwater environment. Type romarchite is very fine-grained and replaces pseudotetragonal crystals of an unknown precursor. Revised X-ray powder-diffraction data are consistent with the accepted tetragonal symmetry and space group P4/nmm, and provide the refined unit-cell parameters a 3.8014(3), c 4.8559(6) Å. Type hydroromarchite forms euhedral single crystals. Revised X-ray powder-diffraction data are consistent with the accepted tetragonal symmetry and space group P4̅21c, and provide the refined unit-cell parameters a 7.9269(5), c 9.0970(9) Å. Additional Sn-bearing corrosion products are SnO2 (cassiterite) and two unidentified phases. Residual aggregates of Pb, SbSn and Cu6Sn5 (η-bronze) are found in areas of deep localized corrosion. Reports of romarchite subsequent to the original description are numerous, but those of hydroromarchite are few and only quite recent.

Abstract

Nous avons ré-examiné les échantillons holotypes de la romarchite et de l’hydroromarchite provenant des chutes Boundary, sur la rivière Winnipeg, en Ontario, Canada. Ces minéraux se sont formés sur des bols enfouis en étain comme produits de la corrosion de l’étain dans un milieu unique d’eau fraîche froide. Le romarchite type a une granulométrie très fine et remplace des cristaux pseudotétragonaux d’un précurseur méconnu. Les données révisées obtenues en diffraction X, méthode des poudres, concordent avec la symétrie tétragonale acceptée et le groupe spatial P4/nmm, et mènent aux paramètres réticulaires affinés a 3.8014(3), c 4.8559(6) Å. L’hydroromarchite type forme des monocristaux idiomorphes. Les données révisées en diffraction X, méthode des poudres, concordent avec la symétrie tétragonale acceptée et le groupe spatial P4̅21c, et mènent aux parameters réticulaires a 7.9269(5), c 9.0970(9) Å. Sont aussi présents comme produits de corrosion stannifères SnO2 (cassitérite) et deux phases non identifiées. Des aggrégats résiduels de Pb, SbSn et Cu6Sn5 (bronze-η) ont été décelés dans des endroits où la corrosion était accentuée. Les indices de romarchite connus depuis sa découverte sont nombreux, mais ceux de la hydroromarchite sont peu nombreux et assez récents.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.