Abstract

The Cap de Creus pegmatite field exhibits a well-defined regional zonation of four types of granitic pegmatite: barren K-feldspar-rich pegmatites (type I), beryl–columbite-subtype pegmatites (type II), beryl–columbite–phosphate-subtype pegmatites (type III) and albite-type pegmatites (type IV). There is an increase in the albite content, relative to K-feldspar, with increasing pegmatite evolution. Type-I microcline-rich pegmatites have low contents of albite, whereas in type IV, albite is the only feldspar. The K/Rb value in K-feldspar decreases progressively from type-I to type-III pegmatites. In addition, there is a progressive enrichment in P, Rb, Cs, Y, Sr, Ga, Ce, W and Sn from type-I to type-IV pegmatites. Concentrations of Pb and Zr decrease in K-feldspar from type-I to type-III pegmatites. K-feldspar from the Cap de Creus pegmatites exhibits higher contents in Ba, Rb, Cs, Nb, Y, Sn, V and Cr than albite. Albite is richer in Sr, Zr, Cu, As, Ce and Ga. Pb, Zn, W, Co and Ni have similar affinity for K-feldspar and albite. Muscovite exhibits similar geochemical evolution to K-feldspar. These progressive trends suggest a common origin for all of the Cap de Creus pegmatites by fractionation of the same parental magma. The high P content of feldspars, up to 1.67 wt.% P2O5 in K-feldspar and 1.75 wt.% in albite, indicates buildup in this element from the earliest stages of pegmatite crystallization. Trace-element variation in feldspars and muscovite reflects enrichments in the melt; a higher content correlates with characteristic minerals of these elements. In particular, the phosphorus content of albite is proposed as a useful mineralogical guide to niobium–tantalum-rich oxide mineralization.

Abstract

La suite de pegmatites granitiques du Cap de Creus démontre bien une zonation régionale dans la disbtribution de quatre types de pegmatite: pegmatites stériles enrichies en feldspath potassique (type I), pegmatites du sous-type à béryl–columbite (type II), pegmatites du sous-type à béryl – columbite – phosphate (type III), et pegmatites à albite (type IV). Il y a une augmentation progressive de la teneur en albite par rapport à celle du feldspath potassique, avec le degré de fractionnement. Les pegmatites du type I, riches en microcline, ont une faible teneur en albite, tandis que dans les pegmatites de type IV, l’albite est le seul feldspath. La valeur de K/Rb du feldspath potassique diminue progressivement des pegmatites du type I à celles du type III. De plus, il y a un enrichissement progressif en P, Rb, Cs, Y, Sr, Ga, Ce, W et Sn du type I au type IV. Les concentrations de Pb et Zr diminuent dans le feldspath potassique des pegmatites du type I à celles du type III. Le feldspath potassique des pegmatites du Cap de Creus fait preuve de teneurs plus élevées en Ba, Rb, Cs, Nb, Y, Sn, V et Cr que l’albite. En revanche, l’albite est plus riche en Sr, Zr, Cu, As, Ce et Ga. Le Pb, Zn, W, Co et Ni ont un degré d’enrichissement semblable dans le feldspath potassique et l’albite. La muscovite fait preuve d’enrichissements semblables à ceux du feldspath potassique. Ces enrichissements progressifs témoigneraient d’une origine commune de toutes les venues pegmatitiques du Cap de Creus, à partir d’un même magma parental. La teneur élevée des feldspaths en P, jusqu’à 1.67% P2O5 (poids) dans le feldspath potassique et 1.75% dans l’albite, témoigne d’une augmentation progressive de cet élément dans le magma depuis les stades précoces de la cristallisation. Les variations en éléments-traces dans les feldspaths et la muscovite sont le reflet d’enrichissements dans le bain fondu; une concentration accrue montre une corrélation avec les minéraux caractéristiques de ces éléments. En particulier, la teneur en phosphore de l’albite serait un indicateur utile d’une minéralisation en oxydes de niobium–tantale.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.