Abstract

Primary uranium deposits (uraninite + coffinite + carbonates + “adularia” + iron sulfides) of Mina Fé, in west–central Spain, occur in fault-related rocks. These rocks have been formed by the effect of an aftershock fault cluster at the termination of a major strike-slip fault, the Grafitosa fault. The transpressional shear-zone termination presents two symmetrical brittle dilational jogs with reactivation of old Variscan faults and generation of other new Alpine faults. Lithogeochemical analyses show that the hydrothermal flow associated with the Grafitosa fault mobilized uranium and related elements during pressure solution in carbonaceous slates of the Variscan basement. The orientation of the paleo-stress field in the dilational jogs, deduced from an analysis of fault populations, has shown the range of fault surfaces with favorable orientation for mineral deposition during slate consumption in the restraining bend, which agrees with a extensional setting for the ore deposit. The detailed structural and geochemical data presented here support an Alpine age tectonic-hydrothermal model for the Fé deposit and probably other cases of uranium mineralization of the same type existing in carbonaceous metasedimentary rocks in the Iberian peninsula, most of them uncorformably overlain by Tertiary sedimentary units.

Abstract

Les gisements primaires d’uranium (uraninite + coffinite + carbonates + “adulaire” + sulfures de fer) de Mina Fé, par la partie ouest-centrale de l’Espagne, sont situés dans des roches déformées le long de failles. Ces roches ont été déformées par l’effet d’un essaim de failles à la terminaison d’un faille coulissante majeure, la faille Grafitosa. La zone transpressionnelle à la terminaison de la zone de cisaillement présente deux décrochements dilationnels symétriquement disposés, avec réactivation des anciennes failles d’âge varisque et la génération de failles nouvelles lors de l’orogenèse alpine. Des analyses lithogéochimiques montrent que le flux hydrothermal associé à la faille Grafitosa a mobilisé l’uranium et les éléments associés au cours d’une solution sous pression des roches schisteuses carbonacées du socle varisque. L’orientation du champ de déformation dans les zones de décrochement dilationnels à l’époque, telle que déduite à partir d’une analyse de la population de failles, montre l’étendue des surfaces de failles ayant une orientation favorable pour la déposition de minéraux lors de la dissolution des roches schisteuses dans la zone de plissement sous contraintes, ce qui concorde avec le milieu extensionnel du gisement. Les données structurales et géochimiques détaillées présentées ici étayent le modèle tectonique-hydrothermal d’activité alpine pour expliquer le gisement de Fé, et probablement les autres cas de minéralisation en uranium du même genre dans les roches métasédimentaires carbonacées de la péninsule Ibérique, la plupart d’entre eux recouverts de séquences sédimentaires tertiaires.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.