Abstract

“Allanite” is a poorly defined collection of species belonging to the epidote group. In the past, “allanite” was defined as merely being lanthanon-bearing, but more recently, it is defined as being Ln-dominant at the A2 site. Species of the allanite subgroup include allanite-(Ce), allanite-(La), allanite-(Y), androsite-(La), dissakisite-(Ce), dollaseite-(Ce) and khristovite-(Ce). Lack of recognition of the recommendations of Nickel & Mandarino (1987), and of the relation between members of the subgroup with “allanite” in their species name and those without, has led to a number of errors in naming species and in use of the term “allanite”. Ten methods have recently been published describing how the relevant formulae may be calculated. Each is reviewed in conjunction with new observations on the behavior of Si, Cr, V, Mn2+ and A-site vacancies. This evaluation results in a recommended procedure for the calculation of the formula involving a basis of 6 (M + T) cations and 12(O,F,Cl) + 1(OH). Recalculation of the formulae of published compositions of allanite-subgroup minerals shows that some apparently new species are better interpreted as intermediate solid-solutions between conventional end-members; there are, however, at least five potentially new species awaiting description.

Abstract

Le terme “allanite” fait allusion à un ensemble mal défini d’espèces faisant partie du groupe de l’épidote. Par le passé, “allanite” était utilisé pour représenter un membre du groupe à forte teneur en lanthanes (Ln), mais récemment, la précision que la dominance du Ln porte sur le site A2 est ajoutée. Les espèces faisant partie du sous-groupe de l’allanite incluent allanite-(Ce), allanite-(La), allanite-(Y), androsite-(La), dissakisite-(Ce), dollaséite-(Ce) et khristovite-(Ce). Parce qu’il est courant de passer outre les recommendations de Nickel et Mandarino (1987), et que certains membres du sous-groupe possèdent le mot “allanite” dans le nom de l’espèce et d’autres ne le possèdent pas, il y a eu plusieurs erreurs dans l’attribution d’un nom et dans l’utilisation du mot “allanite”. Dix méthodes ont été utilisées dans la littérature pour en arriver à une formule chimique de ces espèces. Chacune de celles-ci est évaluée à la lumière de nouvelles observations sur le comportement de Si, Cr, V, Mn2+ et les lacunes sur le site A. Cette évaluation mène à une procédure recommandée pour le calcul de la formule sur une base de six cations (M + T) et 12(O,F,Cl) + 1(OH). Une ré-évaluation des formules publiées montre que certaines espèces nouvelles semblent mieux interprétées comme membres intermédiaires de solutions solides entre membres conventionnels du sous-groupe. Toutefois, cinq nouvelles espèces potentielles n’ont pas encore été décrites.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.