Abstract

A large number of samples containing sulfides, sulfosalts and cassiterite from the Corvo volcanogenic massive sulfide deposit, exploited at the Neves–Corvo mine, southern Portugal, were analyzed using electron and proton microprobes after a detailed examination by reflected-light ore microscopy. The samples are representative of the main four types of ore: cupriferous rubané ore, rubané ore with tin, cupriferous massive sulfide ore and cupriferous massive sulfide ore with tin. The trace-element distribution among the minerals from the four ores, and particularly the high Sn and In contents as well as the Se/S values of pyrite, provide evidence of a magmatic signature for this complex and unique deposit. With respect to cassiterite, which is a characteristic major ore mineral at the Corvo deposit, both chemical composition and textural relationships to sulfides suggest that the high-temperature reduced fluids that deposited sulfides also deposited cassiterite. The mineralogical and geochemical data support the field hypothesis of an allochthonous origin for rubané ores, inferred to be a part of the stockwork of massive mineralization, thrust on the top of massive ores during the Late Hercynian.

Abstract

Nous avons analysé un grand nombre d’échantillons préalablement caractérisés par microscopie en lumière réfléchie, contenant sulfures, sulfosels et cassitérite, et provenant du gisement volcanogénique à sulfures massifs de Corvo, exploité à la mine Neves–Corvo, dans le sud du Portugal; nous nous sommes servis de microsondes électronique et protonique. Ces échantillons sont représentatifs de quatre types de minerai: minerai rubané cuprifère, minerai rubané stannifère, minerai cuprifère à sulfures massifs, et minerai cuprifère à sulfures massifs avec étain. La distribution des éléments traces parmi les minéraux des quatre types de minerai, et particulièrement la distribution de l’étain et de l’indium, à teneurs élevées, ainsi que les valeurs de Se/S dans la pyrite, semblent indiquer une origine magmatique de ce gisement complexe et unique. Pour ce qui est de la cassitérite, qui est une composante importante du minerai de ce gisement, la composition chimique et les relations texturales par rapport aux sulfures font penser que les fluides réducteurs de haute température à l’origine des sulfures l’ont aussi précipité. Les données minéralogiques et géochimiques étayent l’hypothèse formulée à partir des données de terrain à propos de l’origine allochthone des minerais rubanés, qui auraient fait partie de la zone nourricière située en-dessous de la minéralisation massive, et qui auraient par la suite été mis en place par chevauchement pendant l’orogenèse hercynienne tardive, pour maintenant se trouver au dessus des minerais massifs.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.