Abstract

Laflammeite, Pd3Pb2S2, is a new parkerite-type sulfide discovered in the Penikat layered complex, Finland. It occurs in altered pyroxenite in the Kirakkajuppura deposit in association with actinolite and clinochlore, accessory chromite, various platinum-group minerals [vysotskite, zvyagintsevite, cuprorhodsite – (ferrorhodsite) – malanite, laurite – erlichmanite, irarsite, keithconnite, unusual Pb–(Pd)-rich thiospinels of Cu, Fe, Rh and Ir, unnamed Pd9PbO10 and Rh(Ni,Fe,Cu)2S3], Pd-rich gold, and minor base-metal sulfides (chalcopyrite, bornite and millerite). Laflammeite occurs as individual subhedral to euhedral crystals up to 0.3 mm in size, and in intergrowths with Pt–Ni-poor vysotskite. Laflammeite is opaque and cream-colored with a brownish tint in reflected light in air. The anisotropy is weak, from brownish gray to grayish brown. The bireflectance is weak; pleochroism was not observed. Reflectance percentages in air (and in oil) are, for R1 and R2, 45.3, 46.2 (31.55, 32.45) at 470 nm, 46.5, 47.55 (32.6, 33.75) at 546 nm, 47.7, 48.8 (33.9, 35.05) at 589 nm, and 49.6, 50.0 (36.0, 36.3) at 650 nm. Fine twins are present. Microhardness values VHN50 are 156 and 185; the average is 171 kg/mm2. Cleavage is {010}, perfect. The average results of 26 wavelength-dispersion electron-microprobe analyses are Pd 39.16, Ir 1.08, Pb 52.01, S 7.90, total 100.15 wt.%, corresponding to (Pd2.96Ir0.05)∑3.01Pb2.02S1.98 (basis: 7 atoms per formula unit). The powder pattern was indexed on a monoclinic cell with a 11.521(11), b 8.294(10), c 8.321(6) Å, β 134.38(5)°, V 568.3(6) Å3. The space group is probably C2/m, with Z = 4. Dcalc is 9.41 g/cm3. The strongest lines in the pattern [d in Å(I)(hkl)] are: 5.953(6)(001), 4.144(10)(020), 2.917(9)(2̅20), 2.413(8)(022), 2.365(7)(4̅22) and 2.082(5)(040). Laflammeite likely crystallized from a hydrothermal fluid or a late-stage liquid in an environment poor in overall sulfur and rich in the PGE, Pb and volatiles.

Abstract

La laflammeïte, Pd3Pb2S2, nouvelle espèce minérale sulfurée de type parkerite, provient du complexe stratiforme de Penikat, en Finlande. On la trouve dans des pyroxénites altérées du gisement de Kirakkajuppura en association avec actinolite et clinochlore, chromite accessoire, une variété de minéraux du groupe du platine [vysotskite, zvyagintsévite, cuprorhodsite –(ferrorhodsite) – malanite, laurite – erlichmanite, irarsite, keithconnite, des thiospinelles de Cu, Fe, Rh et Ir enrichis en Pb–(Pd), Pd9PbO10 et Rh(Ni,Fe,Cu)2S3 sans nom], or palladifère, et des quantités mineures de sulfures de métaux de base (chalcopyrite, bornite et millerite). La laflammeïte se présente en cristaux idiomorphes à sub-idiomorphes atteignant 0.3 mm de diamètre, et en intercroissances avec la vysotskite à faible teneur en Pt et Ni. C’est un minéral opaque de couleur crème avec une teinte brunâtre en lumière réfléchie dans l’air. L’anisotropie est faible, de gris brunâtre à brun grisâtre. La biréflectance est faible, et aucun pléochroïsme a été observé. La réflectance R1 et R2, dans l’air (et dans l’huile), exprimée en pourcentages, est 45.3, 46.2 (31.55, 32.45) à 470 nm, 46.5, 47.55 (32.6, 33.75) à 546 nm, 47.7, 48.8 (33.9, 35.05) à 589 nm, et 49.6, 50.0 (36.0, 36.3) à 650 nm. Defines macles sont présentes. Les valeurs de microdureté, VHN50, sont 156 et 185, pour une moyenne de 171 kg/mm2. Le clivage est {010}, parfait. La moyenne des résultats de 26 analyses obtenues avec une microsonde électronique en dispersion de longueurs d’ondes est: Pd 39.16, Ir 1.08, Pb 52.01, S 7.90, total 100.15% (poids), ce qui correspond à (Pd2.96Ir0.05)∑3.01Pb2.02S1.98 sur une base de sept atomes par unité formulaire. Le spectre de diffraction (méthode des poudres) est indexé sur une maille monoclinique, a 11.521(11), b 8.294(10), c 8.321(6) Å, β 134.38(5)°, V 568.3(6) Å3. Le groupe spatial est tout probablement C2/m, avec Z = 4. Dcalc est 9.41 g/cm3. Les six raies les plus intenses du spectre [d en Å(I)(hkl)] sont: 5.953(6)(001), 4.144(10)(020), 2.917(9)(2̅20), 2.413(8)(022), 2.365(7)(4̅22) et 2.082(5)(040). La laflammeïte aurait cristallisé à partir d’une phase fluide hydrothermale ou d’un liquide tardif dans un milieu à faible teneur en soufre mais à la fois enrichi en plomb, les éléments du groupe du platine et des composants volatils.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.