Abstract

Sphalerite and arsenopyrite from a transposed and recrystallized feeder stockwork to the Brunswick No. 12 massive-sulfide deposit, in the Bathurst camp of northern New Brunswick, are typically associated with an assemblage of pyrite, pyrrhotite, chalcopyrite, quartz, and Fe-rich chlorite. Textural and compositional analyses of sphalerite and arsenopyrite enclosed in metamorphic pyrite coexisting with pyrrhotite indicate a significant variation in syngenetic through to early D1/M1 pressures and temperatures. The XFeS of sphalerite, ranging between 11.4 and 15.2 mole %, is consistent with pressures of 770 to 440 MPa, which is interpreted as peak to late-D1 pressure, respectively. The local preservation of skeletal arsenopyrite–pyrite intergrowths, discrete zoning in some arsenopyrite crystals, together with a high As:S ratio (31.5 to 33.9 atom % As; 375–475°C), and high Co (0.5 to 10 atom %) and Ni (0.1 to 1.4 atom %) in the intermediate to core zone of many arsenopyrite crystals, could reflect subseafloor epigenetic conditions. Recrystallization during metamorphism yields a lower As:S ratio (29 to nearly 32 atom % As; <425°C) and usually lower Ni and Co contents in arsenopyrite. The compositional variation in sphalerite and arsenopyrite is consistent with evidence of varying degrees of textural preservation and local compositional re-equilibration during a complex P–T metamorphic evolution.

Abstract

La sphalérite et l’arsénopyrite d’un système hydrothermal nourricier associé au gisement de sulfures massifs de Brunswick No. 12 (camp minier de Bathurst, Nouveau-Brunswick), maintenant transposé et recristallisé, sont typiquement associées à un assemblage de pyrite, pyrrhotite, chalcopyrite, quartz, et une chlorite ferrifère. Les résultats d’analyses texturales et chimiques de la sphalérite et l’arsénopyrite incluses dans la pyrite métamorphique en coexistence avec la pyrrhotite indiquent une variation importante en pression entre les conditions épigénétiques, précoces, et celles de la recristallisation au début de l’événement D1/M1. La teneur de la sphalérite en XFeS, variant entre 11.4 et 15.2% (base molaire), concorde avec une pression de 770 à 440 MPa, qui représenterait la pression maximale et la pression à un stade tardif de l’événement D1, respectivement. La préservation locale d’une intercroissance squelettique d’arsénopyrite et de pyrite, une zonation claire dans certains cristaux d’arsénopyrite, ainsi qu’un rapport As:S élevé (entre 31.5 et 33.9% As, base d’atomes; 375–475°C), et des teneurs élevées en Co (entre 0.5 et 10%) et Ni (entre 0.1 et 1.4%) dans la zone intermédiaire ou centrale de plusieurs cristaux d’arsénopyrite, pourrait bien témoigner de conditions épigénétiques dans le socle sub-océanique. La recristallisation au cours du métamorphisme a mené à une réduction du rapport As:S (dans l’intervalle de 29 à presque 32% As; <425°C) et, en général, une diminution des teneurs en Ni et en Co de l’arsénopyrite. La variation en composition de la sphalérite et de l’arsénopyrite concorde avec les degrés variables de préservation texturale et de ré-équilibrage local en composition au cours de l’évolution métamorphique complexe en termes des conditions P–T.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.