Abstract

The crystal structures of seven sodic amphiboles from the Strange Lake peralkaline granite, on the Quebec–Labrador border, have been refined to R values of 1.3–1.7% using single-crystal MoKα X-ray data. Crystals used in the collection of the intensity data were subsequently analyzed by electron- and ion-microprobe methods. Site occupancies were assigned by site-scattering refinement and stereochemical considerations, taking into account the electron- and ion-microprobe data for each crystal. These amphiboles are lithian arfvedsonite and lithian manganoan arfvedsonite, and have anomalously low X-ray scattering at the M(3) site. Ion-microprobe analysis shows the presence of significant Li in all of these samples (up to 0.63 wt%, equivalent to 0.40 Li apfu), and the site-scattering refinement shows Li to be completely ordered at the M(3) site. Ion-microprobe analysis also shows evidence of limited dehydrogenation that correlates with the amount of Ti in the amphibole. The amphiboles show several interesting chemical correlations: (1) the Mn and Zn contents show a very strong positive correlation; (2) the K and Al contents (0.02 < Al < 0.08 apfu are inversely correlated; (3) the Li and Ca contents show a strong negative correlation. The sample order in correlations (1) and (2) is the same, supporting the idea that these correlations are petrogenetic rather than crystal-chemical. Moreover, similar correlations occur in similar amphiboles from the Virgin Canyon pluton, New Mexico.

Abstract

Nous avons affiné la structure cristalline de sept échantillons d’amphibole sodique provenant du granite hyperalcalin de Strange Lake, sur la frontière Québec–Labrador, jusqu’à un résidu dans l’intervalle 1.3–1.7% en utilisant des données en diffraction X sur cristaux uniques, prélevées avec rayonnement MoKα. Les cristaux utilisés ont ensuite été analysés par microsondes électronique et ionique. L’occupation des sites a été assignée par affinement de la dispersion associée aux divers sites et selon des considérations stéréochimiques, en tenant compte des données obtenues sur la composition de chaque cristal. Sont représentés l’arfvedsonite lithinifère et l’arfvedsonite lithinifère manganifère. Les sept échantillons contiennent des teneurs importantes en Li (jusqu’à 0.63%, en poids, l’équivalent de 0.40 Li atomes par unité formulaire, apuf), et les affinements de la dispersion aux sites montrent que le Li est complètement ordonné au site M(3). Les données obtenues avec la microsonde ionique indiquent aussi un déficit en hydrogène lié à la teneur en titane de l’amphibole. Les échantillons d’amphibole montrent plusieurs corrélations intéressantes: (1) les teneurs en Mn et en Zn montrent une corrélation positive marquée; (2) les teneurs en K et en Al (0.02 < Al < 0.08 apuf) montrent un corrélation inverse; (3) les teneurs en Li et en Ca montrent une corrélation négative. La séquence des échantillons des corrélations (1) et (2) sont les mêmes, ce qui fait penser qu’elles seraient plutôt d’origine pétrogénétique que cristallochimique. De plus, des corrélations semblables ont été documentées pour des amphiboles semblables dans le pluton de Virgin Canyon, au Nouveau-Mexique.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.