Abstract

Important data concerning chemical composition of a mineral of the gadolinite group can be obtained from a refinement of its crystal structure. In spite of the complexities, an entirely crystallographic procedure performed on a single grain can afford a practical way to identify and characterize these species; such a procedure is often successful, provided the quality of the crystal allows it. We consider the crystal-chemical mechanisms corresponding to the most important substitutions, and apply such a method to identify the Fe-poor and Ca-rich gadolinite-group minerals from Cuasso al Monte, Varese, Italy. These crystals can be ascribed to hingganite-(Y), with minor amounts of gadolinite (0.26–0.31 molar fraction) and datolite components (0.15–0.25 molar fraction) in solid solution. The component minasgeraisite-(Y) is not present, even as a minor one, in the samples studied.

Abstract

On peut obtenir des données importantes à propos de la composition chimique d’un minéral du groupe de la gadolinite à partir des détails affinés de sa structure. En dépit des complexités, une procédure entièrement cristallographique effectuée sur un seul grain peut fournir une façon pratique d’identifier et de caractériser ces espèces. Une telle procédure réussit dans plusieurs cas, pourvu que la qualité du cristal est adéquate. Nous considérons les mécanismes cristallochimiques correspondant aux substitutions les plus importantes, et nous faisons l’essai d’une telle méthode afin d’identifier les échantillons du groupe de la gadolinite riches en Ca et à faible teneur en Fe provenant de Cuasso al Monte, Varese, Italie. Ces échantillons seraient des exemples de hingganite-(Y), avec une proportion mineure des composantes gadolinite (fraction molaire 0.26–0.31) et datolite (fraction molaire 0.15–0.25) en solution solide. La composante minasgeraïsite-(Y) n’est pas présente dans nos échantillons, même en proportion mineure.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.