Abstract

Komatiite–substrate contacts have been reassessed at Kambalda, Western Australia, the type locality of komatiite-hosted Ni-sulfide ore deposits. The majority of the lower contacts between komatiite lava and sedimentary substrate are planar and rarely show evidence of erosion, marginal autoclasis and peperite formation. Rarely, komatiites have irregular and peperitic upper margins, with apophyses into the surrounding sedimentary rocks that are locally soft-sediment-deformed, indicating a shallow, synsedimentary intrusive origin. The restriction of these synsedimentary intrusive bodies to domains of thicker sedimentary substrate, the lack of komatiitic dykes, and the abundance of komatiite lava flows in the Kambalda region suggest that the synsedimentary intrusive bodies are of invasive flow origin, i.e., due to burrowing of lava flows into the underlying wet, unconsolidated to semiconsolidated sedimentary substrate. Invasive flows can be explained by the much higher density of komatiitic lava (up to 2.75 g/cm3) compared to unconsolidated water-saturated pelitic sediments (1.5–2.0 g/cm3). The higher density and resultant negative buoyancy caused komatiites to load and burrow into the unconsolidated sediments.

Abstract

Nous avons ré-évalué les contacts intrusifs entre komatiite et roches sous-jacentes à Kambalda, en Australie occidentale, la localité-type de gisements de sulfures de nickel dans un hôte komatiitique. Dans la plupart des cas, les contacts inférieurs entre lave komatiitique et roche hôte sédimentaire sont planaires et ne montrent pas d’évidence d’érosion, d’auto-bréchification marginale et de formation de pépérite. Aussi est-il rare de voir des contacts supérieurs irréguliers et à allure de pépérite entre komatiite et roches hôtes; les apophyses recoupant les roches sédimentaires avoisinantes indiquent une déformation typique des roches non consolidées, et font penser que la mise en place s’est faite à faible profondeur et était synsédimentaire. Dans la région de Kambalda, l’intrusion de komatiites synsédimentaires dans les seuls domaines d’épais substrats sédimentaires, l’absence de filons de komatiite, et la profusion de coulées komatiitiques font penser que les massifs intrusifs ont été mis en place sous forme de coulée invasive. Les coulées auraient donc déplacé les boues non consolidées ou faiblement consolidées et saturées en eau. On peut expliquer de telles coulées invasives par la densité beaucoup plus élevée de la lave komatiitique (jusqu’à 2.75 g/cm3) par rapport au sédiment pélitique non consolidé saturé en eau (1.5–2.0 g/cm3). La densité plus élevée et la flottabilité négative qui en résulte ont forcé ces komatiites à creuser dans les sédiments non consolidés.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.