Abstract

In the Bacuri complex, Amapa, Brazil, there is good evidence for Pd mobility both during serpentinization and lateritization. In non-lateritized, serpentinized samples, Pd bismuthide occurs with chalcopyrite in chlorite-filled veins that cross-cut serpentine and chromite probably only a few tens of micrometers from the source of the platinum-group elements (PGE). Low Pt/Pd values of less than one are characteristic of magmatic values, and sporadic higher values of up to 4 indicate partial removal of Pd. The highest Pt/Pd values (up to 26) occur in laterites, where Pt remains but Pd has been extensively removed. The PGE are concentrated in non-lateritized rock-types including chromitite, serpentinite containing disseminated chromite, and sulfide-bearing serpentinite. The highest whole-rock PGE concentrations are 166 ppb Pt and 609 ppb Pd. Osmium, Ir and Ru concentrations in the chromitite can be attributed to the presence of laurite and irarsite, whereas sulfide-bearing serpentinite contains sperrylite. Pd–Bi tellurides, including sobolevskite and michenerite, are the most common platinum-group minerals. They commonly occur with pentlandite and (less common) pyrrhotite, typically partially altered to millerite, magnetite, pyrite, nickeloan pyrrhotite, maucherite and gersdorffite, all of which form less than 1% of these rocks. Chromitite in folded layers 3–4 m thick has Cr/(Cr + Al) values of 69.0–84.1, Mg/(Mg + Fe2+) values of 27.6–51.4, and TiO2 values of up to 1.69%, compositions most typical of chromite from a stratiform complex of continental origin.

Abstract

Le complexe igné de Bacuri, dans l’état d’Amapa, au Brésil, présente de l’évidence probante en faveur de la mobilisation du palladium au cours de la serpentinisation aussi bien que de la latéritisation. Dans les échantillons serpentinisés non latéritisés, on trouve un bismuthure de Pd avec la chalcopyrite dans des veines remplies de chlorite recoupant la serpentine et la chromite situées à peine quelques dizaines de micromètres de la source des éléments du groupe du platine. De faibles valeurs de Pt/Pd, inférieures à l’unité, caractérisent les roches magmatiques, tandis que des valeurs sporadiques plus élevées, jusqu’à 4, témoignent d’un lessivage partiel du Pd. Les valeurs les plus élevées de Pt/Pd (jusqu’à 26) se trouvent dans les latérites, le Pt y étant résiduel et le Pd, largement lessivé. Les éléments du groupe du platine sont concentrés dans les chromitites non latéritisées, les serpentinites contenant la chromite disséminée, et celles qui contiennent des sulfures. Les teneurs les plus élevées en éléments du groupe du platine seraient de 166 ppb Pt et 609 ppb Pd. Les teneurs d’osmium, d’iridium et de ruthénium dans les chromitites seraient dues à la présence de laurite et d’irarsite, tandis que les serpentinites sulfurées contiennent la sperrylite. Les tellurures de Pd–Bi, y inclus la sobolevskite et la michenerite, constituent les minéraux du groupe du platine les plus répandus. On les voit couramment associés à la pentlandite et, plus rarement, à la pyrrhotite, typiquement partiellement altérée à millerite, magnétite, pyrite, pyrrhotite nickelifère, maucherite et gersdorffite, le tout formant moins de 1% de ces roches. La chromitite se présente en couches de 3 à 4 m qui ont été plissées; les valeurs de Cr/(Cr + Al) vont de 69.0 à 84.1, le rapport Mg/(Mg + Fe2+), de 27.6 à 51.4, et les concentrations de TiO2 atteignent 1.69%. Ces compositions sont typiques de la chromite des complexes stratiformes d’origine continentale.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.