Abstract

Väyrynenite, (Mn2+0.78Fe2+0.23Mg0.01)Be(PO4)(OH0.92F0.08), is monoclinic, a 5.4044(6), b 14.5145(12), c 4.7052(6) Å, β 102.798(9)°, V 359.91(7) Å3, space group P21/a, Z = 4. The structure was refined to an R index of 1.5% based on 1001 observed [|Fo| > 5σF] for reflections measured with MoKα X-radiation using a single-crystal diffractometer. In the structure of väyrynenite, (Beφ4) tetrahedra connect to adjacent (Beφ4) tetrahedra by corner-sharing of anions in a zigzag pattern to form a chain that extends in the a direction. This chain is decorated along its periphery by (PO4) tetrahedra that corner-share with one O atom from each of two different (Beφ4) tetrahedra to form ribbons along the c axis. These [Be2(OH)2(PO4)2]n4n− ribbons, which somewhat resemble the [Be2(OH)2(SiO4)2] chains in euclase, AlBe(SiO4)(OH), are linked in the b direction by (Mn2+,Fe2+) in octahedral coordination. The resultant (001) sheets are linked to adjacent sheets in the c direction by corner-sharing of O atoms between (PO4) tetrahedra and {(Mn,Fe) φ6}octahedra, and by hydrogen bonds. The hydrogen position was determined directly, and a sensible hydrogen-bonding scheme established. The connectivity of the (Beφ4Tφ4) (T = Si,P) chains in Be minerals is examined, and arranged in a hierarchy of increasing topological complexity.

Abstract

La väyrynenite, (Mn2+0.78Fe2+0.23Mg0.01)Be(PO4)(OH0.92F0.08), est monoclinique, a 5.4044(6), b 14.5145(12), c 4.7052(6) Å, β 102.798(9)°, V 359.91(7) Å3, groupe spatial P21/a, Z = 4. Nous avons affiné la structure jusqu’à un résidu R de 1.5% en utilisant 1001 réflexions observées [|Fo| > 5σF] et mesurées avec rayonnement MoKα et diffractométrie sur cristal unique. Dans la structure de la väyrynenite, les tétraèdres (Beφ4) sont liés aux tétraèdres (Beφ4) adjacents par partage d’anions pour former un agencement en zig-zag, la chaîne étant allongée dans la direction a. Cette chaîne est décorée dans ses parties périphériques par des tétraèdres (PO4) qui partagent leurs coins avec un atome O, chacun provenant de deux tétraèdres (Beφ4) différents, pour former des rubans le long de l’axe c. Ces rubans, de composition [Be2(OH)2(PO4)2]n4n−, qui ressemblent grosso modo aux chaînes [Be2(OH)2(SiO4)2] dans l’euclase, AlBe(SiO4)(OH), sont liées dans la direction b par (Mn2+,Fe2+) en coordinence octaédrique. Les feuillets (001) résultants sont liés aux feuillets voisins dans la direction c par partage des atomes O des coins entre les tétraèdres (PO4) et les octaèdres {(Mn,Fe) φ6}, et par liaisons hydrogène. La position des atomes d’hydrogène a été déterminée directement, et un schéma vraisemblable des liaisons hydrogène a été établi. Nous évaluons la connectivité des chaînes (Beφ4Tφ4) (T = Si,P) dans les minéraux de Be, et nous l’utilisons pour dresser une hiérarchie selon la complexité topologique.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.