Abstract

The structure of umohoite, [(UO2)MoO4(H2O)](H2O), triclinic, space group P1̅, a 6.3748(4), b 7.5287(5), c 14.628(1) Å, α 82.64(1), β 85.95(1), γ 89.91(1)°, V 694.52(8) Å3, has been solved by direct methods and refined by full-matrix least-squares to an agreement index (R1) of 4.6% and a goodness-of-fit of 1.02 for 2456 unique observed reflections collected using MoKα X-radiation and a CCD-based detector. The structure differs substantially from models previously proposed in both the coordination of the cations and the connectivity of the structure. The structure contains two non-equivalent U sites that are occupied by U6+ cations. Each is part of a nearly linear (UO2)2+ uranyl ion (Ur) that is further coordinated by five O atoms arranged at the equatorial corners of pentagonal bipyramids capped by the OUr atoms. Two non-equivalent Mo6+ cations are each coordinated by five O atoms and one H2O group; the O atoms are arranged at the apices of a square bipyramid, with Mo6+–O bond-lengths in the range 1.69 to 1.96 Å. The H2O groups are located at the apical positions of highly distorted octahedra, with Mo6+–H2O bond-lengths in the range 2.44 to 2.46 Å. The cation polyhedra link by sharing edges, forming sheets with the uranophane anion-topology, in which the pentagons are populated by uranyl ions and the squares are populated by Mo6+. This is the first mineral structure known that is based upon the uranophane anion-topology with the squares populated by octahedra. The interlayer at z = 0 contains H2O groups, whereas the interlayer at z = 0.5 is not occupied. Sheets are linked together by hydrogen bonding, with bonds bridging between sheets where H2O is absent in the interlayer, and to H2O groups in the interlayer where they are present.

Abstract

La structure de l’umohoïte, [(UO2)MoO4(H2O)](H2O), triclinique, groupe spatial P1̅, a 6.3748(4), b 7.5287(5), c 14.628(1) Å, α 82.64(1), β 85.95(1), γ 89.91(1) °, V 694.52(8) Å3, a été résolue par méthodes directes et affinée par moindres carrés sur matrice entière jusqu’à un résidu R(1) de 4.6% et un indice de concordance de 1.02 en utilisant 2456 réflexions uniques observées avec rayonnement MoKα et mesurées avec un détecteur à aire avec couplage de charges. La structure diffère sensiblement des ébauches antérieures, tant dans la coordinence des cations que dans la connectivité de la structure. Celle-ci contient deux sites U non équivalents, occupés par des ions U6+. Chacun fait partie d’un ion uranyle, (UO2)2+, presque linéaire (Ur), qui est en plus coordonné à cinq atomes d’oxygène disposés aux coins équatoriaux de bipyramides pentagonales avec terminaisons par les atomes OUr. Deux cations Mo6+ non équivalents sont coordonnés par cinq atomes d’oxygène et un groupe H2O; les atomes d’oxygène sont disposés aux sommets d’une bipyramide carrée, la longueur des liaisons Mo6+–O étant entre 1.69 et 1.96 Å. Les groupes H2O sont situés aux sommets d’octaèdres fortement difformes, avec les liaisons Mo6+–H2O entre 2.44 et 2.46 Å. Les polyèdres sont liés par partage d’arêtes, pour former des feuillets ayant la topologie anionique de l’uranophane, les pentagones contenant les ions uranyle, et les carrés, Mo6+. Il s’agit de la première structure fondée sur la topologie anionique de l’uranophane dans laquelle les carrés représentent des octaèdres. L’interfeuillet à une élévation z = 0 contient des groupes H2O, tandis que l’interfeuillet à z = 0.5 est vide. Les feuillets sont interliés par des liaisons hydrogène, directement entre feuillets sans groupes H2O dans l’interfeuillet, et impliquant des groupes H2O dans les interfeuillets où ils sont présents.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.