Abstract

The exsolution microtexture of antiperthite grains with bulk compositions Or17–21An33–26 from pelitic granulites from the Highland Complex of Sri Lanka were studied by optical methods. The most common K-feldspar rods are oblique to the c axis by about 5° and obviously nucleated at pre-existing albite-twin boundaries. Where no primary twin boundaries existed, exsolution lamellae of K-feldspar developed. This exsolution resulted in the formation of secondary albite-twin lamellae in the host plagioclase adjacent to the K-feldspar. A large range of orientations of exsolution lamellae has been measured on the universal stage and compared with low lattice-misfit boundaries calculated with the EPLAG program. A best fit is obtained using cell parameters for ordered plagioclase (An27–37) and orthoclase. Nearly all poles to measured lamellae lie between (120) and (211̅) in the low-misfit belts defined by isolines showing 20% deviation from the lattice-misfit minimum when albite-twin-related cell parameters for the plagioclase host are included. Estimated unit-cell parameters for in situ conditions of exsolution yield insignificantly different optimal phase-boundaries. Results of the optical study and lattice-misfit considerations suggest that initially exsolved lamellae of K-feldspar, during very slow cooling under dry conditions, coarsened and rotated, and Al–Si ordering of the coexisting feldspar phases induced secondary albite-twin lamellae in the plagioclase host.

Abstract

La microtexture d’exsolution des grains d’antiperthite ayant une composition globale Or17–21An33–26 et provenant de granulites pélitiques du complexe de Highland, au Sri Lanka, a été étudiée par méthodes optiques. Dans la plupart des cas, le feldspath potassique de présente en tiges obliques à l’axe c selon environ 5°; celles-ci ont évidemment pris germe dans les plans de macle (loi de l’albite) pré-existants. Là où il n’y avait pas de plans de macle, ce sont des lamelles d’exsolution de feldspath potassique qui se sont développées. L’exsolution a mené à la formation de macles (loi de l’albite) secondaires dans le plagioclase hôte voisin du feldspath potassique. L’orientation des lamelles d’exsolution varie largement, selon les mesures prises au moyen d’une platine universelle; ces orientations ont été comparées avec l’orientation des plans de décalage minimal entre réseaux au moyen du logiciel EPLAG. La meilleure concordance est celle qui est fondée sur les paramètres réticulaires d’un plagioclase ordonné (An27–37) et de l’orthoclase. Presque tous les pôles mesurés des lamelles se situent entre (120) et (211̅), dans la zone de décalage minimal tel que définie par les contours montrant 20% de déviation de cette valeur minimale dans le cas où les paramètres réticulaires du plagioclase hôte maclé selon la loi de l’albite sont utilisés. Les paramètres réticulaires ajustés pour refléter les conditions lors de l’exsolution mènent à des orientations optimales de l’interface entre phases presque identiques. Les résultats de l’étude optique et les considérations de la correspondance maximale des réseaux font penser que les lamelles exsolvées de feldspath potassique ont grossi et se sont tordues au cours du refroidissement très lent sous conditions anhydres; de plus, la mise en ordre Al–Si des feldspaths coexistants a causé des macles secondaires dans le plagioclase hôte.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.